Birth of the Dragon: l'affrontement marquant de Bruce Lee

Yu Xia et Philip Ng dans une scène... (PHOTO AP)

Agrandir

Yu Xia et Philip Ng dans une scène de Birth of the Dragon

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frankie Taggart
Agence France-Presse
Los Angeles

Lors d'une soirée californienne de décembre 1964, deux hommes au sommet de leur art se sont lancés dans un affrontement resté dans les annales du kung fu.

D'un côté, un moine bouddhiste malingre de 24 ans, fraîchement débarqué de Chine, exsudant la modestie bien qu'il soit l'un des maîtres les plus doués du mythique Temple de Shaolin, berceau du kung fu.

Face à lui, un impétueux combattant américain d'origine chinoise de 24 ans également, qui allait devenir une légende des sports de combat à mains nues.

Birth of the Dragon, qui sort vendredi aux États-Unis, retrace le face à face épique entre Wong Jack Man et Bruce Lee, qui a révolutionné le kung fu.

La poignée de témoins ne s'est jamais mise d'accord sur ce qui s'est exactement passé cette nuit-là au gymnase de Bruce Lee à Oakland: ni sur la durée de l'affrontement, le nombre de personnes présentes, ou même le vainqueur.

Tous s'accordent toutefois pour dire que la rencontre a transformé l'approche du kung fu de Bruce Lee et l'a aidé à devenir «Le dragon», une superstar mondiale qui a démocratisé dans le monde entier cet art martial jusqu'alors confidentiel.

«Mon père est propriétaire d'une école d'arts martiaux et il a un ami qui était témoin», explique à l'AFP la star de films d'action sino-américaine Philip Ng, 39 ans, qui interprète Lee dans Birth of the Dragon.

«J'ai entendu son récit et ça contredit une partie des choses que j'ai lues. J'ai mes convictions et hypothèses sur ce qui s'est passé mais une chose est certaine, c'est qu'après cet affrontement, la méthode de combat de Bruce Lee a changé», ajoute-t-il, persuadé que Lee a gagné.

Arrogance

Birth of the Dragon s'inspire de classiques de Bruce Lee comme Fist of Fury et Opération Dragon, sorti après le décès prématuré de la star en 1973.

Le légendaire moine Shaolin Wong Jack Man (incarné par Xia Yu), arrive à San Francisco pour observer l'état du kung fu en Amérique, et est immédiatement perçu comme une menace par Lee, qui le met au défi.

Philip Ng s'est dit que Bruce Lee était bien trop connu pour qu'une interprétation classique fonctionne, et a opté pour une version qu'il a imaginée, mêlant un accent de Hong Kong et l'argot hippy de San Francisco des «sixties».

L'acteur est né juste après la mort mystérieuse de l'acteur vedette d'un oedème cérébral à l'âge de 32 ans, mais pense s'être préparé toute sa vie, sans le savoir, à jouer l'icône.

Ng, lui-même star de films de kung fu, est passé maître dans cet art en étudiant dans son Hong Kong natal auprès de Wong Shun Leung, qui a formé Bruce Lee.

«Il m'a raconté beaucoup d'histoires sur Bruce Lee en grandissant, en dehors du kung fu et des films - des choses qu'on ne lit pas dans les livres», souligne M. Ng.

«Et en ayant travaillé à Hong Kong dans les films d'action ces quinze dernières années, j'ai rencontré beaucoup de gens qui étaient proches de Bruce», fait-il valoir.

Lee était réputé pour sa générosité et son sens de l'équité mais le film de George Nolfi le dépeint comme un prodige arrogant et dédaigneux des traditions.

Expert en Wing Chun, un style où les coups de poings prédominent et sont particulièrement dévastateurs de près, Ng dit que le combat au coeur de Birth of the Dragon est le plus dur qu'il ait jamais filmé.

«J'ai tourné plus de 40 films de cinéma et télé (...) et je n'ai jamais joué de bataille comme celle-là. Il y avait 500 figures! Le plus que j'aie fait avant, c'était peut-être 300», a-t-il souligné.

La veuve de Bruce Lee, Linda, aujourd'hui âgée de 72 ans, décrit dans son livre de 1975 Bruce Lee: The Only Man I Knew à quel point l'affrontement si serré avec Wong Jack Man a convaincu son mari d'abandonner le Wing Chun pour inventer son propre style, le Jeet Kune Do, cocktail spectaculaire de diverses écoles de kung fu qui a fait de lui une star planétaire.

Wong - qui a toujours assuré avoir remporté la rencontre - a plus tard regretté d'avoir accepté de se battre contre Lee, estimant avoir cédé à une vanité de jeunesse.

Il a ensuite passé le reste de sa vie à enseigner la méthode Shaolin du nord - à ne pas confondre avec celle du sud - à San Francisco avant de prendre sa retraite en 2005.

Âgé d'environ 77 ans, le seul homme vivant à savoir qui est le vrai lauréat de ce combat mythique vit aujourd'hui retiré du monde.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer