Dane Dehaan et Cara Delevingne: des agents très spéciaux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

Pour incarner les agents spatiotemporels Valerian et Laureline dans le film qu'il rêve depuis toujours de réaliser, Luc Besson a choisi Dane DeHaan et Cara Delevingne. Il est connu pour jouer surtout dans des films indépendants. On l'a découverte comme mannequin, mais à l'écran, elle n'a pas encore su convaincre. Le réalisateur de The Fifth Element a toutefois vu en eux les stars de Valerian and the City of a Thousand Planets, adaptation de la BD culte de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières. La Presse a rencontré les deux jeunes acteurs à Los Angeles.

M-4VDF-16373afrpsd Final (Left to right.) Dane DeHaan, and... - image 1.0

Agrandir

M-4VDF-16373afrpsd Final (Left to right.) Dane DeHaan, and Cara Delevingne star in EuropaCorp's Valerian and the City of a Thousand Planets.Photo credit : Vikram Gounassegarin© 2016 VALERIAN SAS ? TF1 FILMS PRODUCTION

Les deux acteurs principaux lors de la première... (photo Mario Anzuoni, reuters) - image 1.1

Agrandir

Les deux acteurs principaux lors de la première de Valerian and the City of a Thousand Planets, à Los Angeles, lundi. Le film prend l'affiche aujourd'hui au Québec.

photo Mario Anzuoni, reuters

Que saviez-vous de Valerian avant d'être pressentis pour ce projet ?

Dane : Je ne connaissais absolument pas cette série avant que Luc m'en parle. Quelques albums sont traduits en anglais, mais je ne les avais pas lus.

Cara : Je n'en avais jamais entendu parler, et une des choses qui me plaisent de ce film, c'est qu'il va faire connaître ces bandes dessinées à un nouveau lectorat.

Puisque vous ignoriez tout de cet univers, qu'est-ce qui vous a attirés dans ce projet ?

Dane : C'est un peu la concrétisation d'un rêve. Luc Besson m'appelle, me rencontre, me dit qu'il va réaliser le film qu'il a souhaité faire toute sa vie et qu'il veut que j'en sois la tête d'affiche. Peut-il y avoir plus excitant ? Oui ! Qu'il me confie le rôle du héros, quelque chose que je n'avais pas encore joué.

Cara : C'est la même chose pour moi. Luc est un de mes réalisateurs préférés. The Fifth Element, Leon, The Big Blue... J'ai toujours voulu le rencontrer, sans même imaginer travailler un jour avec lui. Et ça s'est avéré une des meilleures expériences professionnelles de ma vie.

C'était la première fois, pour chacun de vous, que vous travailliez avec un réalisateur français. Était-ce très différent sur le plateau ?

Dane : Disons que les Français travaillent des heures beaucoup plus raisonnables que les Américains et, en soi, ça fait une bonne différence [rires]. Mais c'est Luc lui-même qui est assez unique. Il met la main à tout, il manoeuvre lui-même la caméra ‒ c'est la première fois que je voyais un réalisateur faire ça ! Aussi, il a une vision tellement claire de ce qu'il veut que vous pouvez voir le film prendre vie dans sa tête.

Cara : Je n'ai jamais vu quelqu'un savoir à ce point où il voulait aller. Peut-être qu'il lui est arrivé de douter, mais il ne l'a jamais laissé paraître. Sur ce projet, il y avait parfois une armée de 300 personnes sur le plateau et il semblait diriger tout le monde, à la fois leader et force créative, là où n'importe qui se serait écrasé sous le stress.

Comment décririez-vous le personnage que vous interprétez ici ?

Dane : Valerian est un James Bond de l'espace [rires]. C'est un agent spécial, très bon dans ce qu'il fait. Il n'a jamais échoué, ce qui lui donne une confiance aveugle en lui-même. Mais il n'a pas compris qu'il doit son succès à, premièrement, la chance, et deuxièmement, à Laureline. Elle est le cerveau derrière leurs opérations.

Cara : Laureline va de l'avant, elle est déterminée et ne s'arrêtera qu'une fois la mission terminée. Mais si elle a un travail à faire et que, pour l'exécuter, elle doit faire le contraire de ce que son coeur lui dicte, elle va suivre son coeur. C'est essentiel pour elle, et cette attitude la définit. Elle est aussi romantique... mais d'une façon un peu ancienne.

Pouvez-vous en dire plus sur leur relation ?

Dane : Ils se connaissent si bien qu'il y a quelque chose de la relation frère-soeur entre eux, dans cette façon qu'ils ont de se taquiner et d'essayer de s'impressionner l'un et l'autre. Au cours du film, Valerian va comprendre que Laureline est tout pour lui. Non seulement sa partner in crime, mais sa partner in life. Il ne peut imaginer un monde sans elle.

Cara : Laureline sait qu'elle est amoureuse de Valerian, mais elle s'en défend parce qu'à cette période de sa vie, ce qui lui importe, c'est de se démarquer, de progresser. C'est pour ça qu'en quelque sorte, elle le teste dans le film. Elle peut se voir passer le reste de sa vie avec lui, mais elle veut être sûre que si ça produit, ce ne sera pas parce qu'ils sont coincés, ensemble, dans un vaisseau.

Il existe 27 albums de Valerian et Laureline, ce film est principalement inspiré du 6e, L'ambassadeur des ombres. Avez-vous signé pour plus d'un long métrage ?

[Ils échangent un regard rapide, façon Valerian et Laureline, puis, complices...]

Dane : Non.

Cara : Non, non.

Valerian and the City of a Thousand Planets (Valérian et la Cité des mille planètes) prend l'affiche aujourd'hui.

Les frais de voyage ont été payés par Les Films Séville.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer