George Miller: le parcours du combattant

Immortan Joe (Hugh Keays-Byrne)... (Photo: fournie par Warner Bros.)

Agrandir

Immortan Joe (Hugh Keays-Byrne)

Photo: fournie par Warner Bros.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

Après avoir enflammé les esprits avec Mad Max (1979) et Mad Max 2 - The Road Warrior (1981), le phénomène «Mad Max» s'est éteint - à l'écran - il y a 30 ans, avec la sortie, en 1985, de Mad Max Beyond Thunderdome.

Mais le guerrier solitaire n'a jamais cessé de vivre dans la tête de celui qui l'avait créé, George Miller. Auquel il a fallu une décennie d'efforts pour parvenir à revisiter cet univers, en compagnie de nouveaux acteurs et de technologies de pointe.

Un parcours du combattant au cours duquel il a eu à affronter jusqu'aux forces de la nature: des pluies diluviennes se sont abattues sur le désert australien où s'était fait le tournage de la trilogie originale et qui devait servir de décor à ce reboot, faisant «fleurir» les dunes.

«Du coup, nous avons déménagé sur la côte ouest de l'Afrique», a indiqué le réalisateur-scénariste qui désirait ici porter à l'écran une poursuite haletante, sans répit, qui commencerait dans les premières secondes du long métrage et se terminerait sur le générique de fin.

«Pour moi, les films d'action sont une sorte de musique visuelle. Dans cet ordre d'idées, Fury Road se trouve quelque part entre le concert rock et l'opéra», indique le réalisateur qui, pour mettre du relief dans cette impression, a engagé Tom Holkenborg, alias Junkie XL, pour composer la trame sonore.

Mais auparavant, afin de mettre en images cette «partition», la production a passé six mois en Namibie. Dont le désert a vibré sous les roues de quelque 150 véhicules fabriqués à la main en soudant, juxtaposant, imbriquant des parties et pièces de différents engins automobiles. Car dans le monde de Mad Max, où les ressources flirtent avec le néant, rien ne se crée ni ne se perd.

Avant et après, les efforts

Le tournage, c'était il y a trois ans. Les acteurs avaient été engagés en 2009. La préproduction a été longue. La post aussi. Il fallait réfléchir à tellement de choses.

«Nous avons travaillé très fort pour que le long métrage reflète l'esthétique et l'esprit des films originaux. Il fallait que tout soit familier, mais différent. Un peu comme si on visitait notre ville natale, où l'on n'est pas allé depuis des décennies, et qu'on y posait un regard d'aujourd'hui», explique George Miller qui, avant de retourner à Mad Max, a fait des détours... chez les cochons (Babe) et les manchots (Happy Feet).

Comme quoi, à l'image de ses personnages dans Fury Road, il contrôle l'art de négocier un virage et de bifurquer. D'ailleurs, bien avant de trouver sa place derrière une caméra, il a été médecin urgentiste. Une autre manière de travailler sur les chapeaux de roues.

Mad Max - La route du chaos

Cote La Presse

Dans un monde post-apocalyptique, un ex-policier de la route, tourmenté par le massacre de sa famille, forge une alliance avec une aventurière qui a...
Fiche du film
Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Charlize Theron: la quarantaine rugissante

    Entrevues

    Charlize Theron: la quarantaine rugissante

    Charlize Theron aura 40 ans au mois d'août. La maturité de la quarantaine lui va extrêmement bien. À l'écran comme dans la vie. »

  • Tom Hardy: Mad... qui?

    Entrevues

    Tom Hardy: Mad... qui?

    Il est porteur du rôle-titre de Mad Max - Fury Road, mais aux côtés de Charlize Theron, Tom Hardy n'était pas particulièrement volubile. »

  • Nicholas Hoult: le caméléon

    Entrevues

    Nicholas Hoult: le caméléon

    Quand il a joué dans About a Boy, Nicholas Hoult avait 12 ans et ne pensait pas devenir acteur. «C'était un passe-temps que j'aimais», a indiqué,... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer