Suzanne Clément: des nouvelles d'Europe

Suzanne Clément... (Photo Keystone, Urs Flueeler / Archives AP)

Agrandir

Suzanne Clément

Photo Keystone, Urs Flueeler / Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PARIS) Après avoir tourné Guibord s'en va-t-en-guerre sous la direction de Philippe Falardeau, Suzanne Clément se trouve actuellement à Rennes pour le film Les taulardes. Elle enchaînera ensuite avec un long métrage du Belge Bouli Lanners.

Une heureuse surprise nous attendait la semaine dernière aux Rendez-vous du cinéma français organisés par Unifrance, l'organisme chargé de la promotion du cinéma hexagonal dans le monde.

La Presse a en effet eu l'occasion de s'entretenir là-bas avec Suzanne Clément, même si À la vie, le film de Jean-Jacques Zilbermann dont elle assurait la promotion, est toujours orphelin de distributeur au Québec. 

Inspiré par l'histoire de la mère du cinéaste, À la vie relate la réunion, au début des années 60, de trois femmes survivantes du camp d'Auschwitz. L'actrice québécoise y tient l'affiche aux côtés de Julie Depardieu et Johanna ter Steege.

Au cours de ces Rendez-vous, d'une durée de quatre jours, plus d'une centaine de journalistes, venus principalement d'Europe, sont invités à rencontrer à Paris les artisans des films français qui prendront l'affiche dans leurs pays respectifs dans les prochains mois.

L'actrice québécoise n'en était d'ailleurs pas à sa première expérience du genre. Laurence anyways (Xavier Dolan) ayant été en partie produit par une société française, Suzanne Clément s'était prêtée au jeu du «service après-vente» de la même façon auprès de la presse internationale il y a deux ans. Cette fois, elle a pris congé du plateau du film Les taulardes, dont le tournage a lieu à Rennes, pour se rendre à Paris.

En terrain connu

Dans ce troisième long métrage d'Audrey Estrougo (Toi, moi, les autres), la première interprète de Shandy dans Unité 9 se retrouve presque en terrain connu. L'intrigue des Taulardes se déroule en effet dans une prison pour femmes. Sophie Marceau y incarne une femme qui n'hésite pas à tout abandonner, même son fils, pour purger une peine d'emprisonnement à la place de l'homme qu'elle aime.

Avec Carole Franck, Anne Le Ny et quelques autres, Suzanne Clément prête ses traits à l'une des détenues. Le tournage a commencé le 7 janvier dans la prison Jacques-Cartier, fermée il y a quatre ans.

«Je ne sais pas si c'est un signe, mais je me trouve chanceuse! commente l'actrice. Grâce à Unité 9, j'étais déjà préparée. Mon personnage est complètement différent de Shandy, je ne joue pas la plus tapageuse des détenues, cette fois. Mais je retrouve un peu la même atmosphère, la même dynamique avec les autres actrices, à la différence que le tournage a lieu dans une vraie prison, maintenant désaffectée. C'est très troublant. Physiquement, c'est plus dur aussi. L'endroit est très humide, très froid. Il ne faisait pas froid comme ça dans les studios de Radio-Canada!»

Retombées de Mommy

Grâce aux services d'un agent en France depuis la sortie de Laurence Anyways, Suzanne Clément reçoit maintenant plusieurs propositions en Europe. Le succès de Mommy là-bas (plus de 1 million de spectateurs) a visiblement accéléré les choses.

«Dans Les taulardes, on m'a confié un rôle plus important que prévu après le désistement d'une autre actrice, fait-elle remarquer. Je suis convaincue que le succès de Mommy y est pour quelque chose.»

L'actrice gagnera ensuite, au printemps, le plateau du nouveau film de Bouli Lanners Les premiers, les derniers. Dans cette quatrième réalisation de l'acteur belge (Eldorado, Les géants), qui prendra la forme d'un «western contemporain», elle donnera la réplique au cinéaste lui-même ainsi qu'à Albert Dupontel. Bref, ça semble vraiment bien parti pour elle outre-Atlantique.

Avec Patrick Huard

Suzanne Clément est par ailleurs ravie du tournage de Guibord s'en va-t-en-guerre, le nouveau film de Philippe Falardeau. 

Dans cette comédie politique, elle incarne la femme d'un député indépendant (Patrick Huard), détenteur de la balance du pouvoir, qui doit malgré lui décider si le Canada partira en guerre.

«Ce tournage m'a fait beaucoup de bien! s'exclame-t-elle. Pour une fois, on m'a demandé de jouer un personnage très pragmatique, très terre-à-terre. Et puis, j'ai été ravie de faire la connaissance de Patrick, aussi bien comme acteur que comme personne. Ce fut un bonheur!»

La date de sortie de Guibord s'en va-t'en guerre n'est pas encore fixée.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer