Boyhood: jouer avec le temps

Ellar Coltrane et Ethan Hawke dans Boyhood.... (Photo: fournie par Mongrel/Métropole Films)

Agrandir

Ellar Coltrane et Ethan Hawke dans Boyhood.

Photo: fournie par Mongrel/Métropole Films

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Acclamé au plus récent festival de Berlin pour le film Boyhood, Richard Linklater est reparti avec l'Ours d'argent du meilleur réalisateur. Il faut dire qu'il a relevé tout un défi cinématographique avec ce long métrage, tourné pendant 12 ans avec les mêmes acteurs: Ellar Coltrane, Lorelei Linklater, Patricia Arquette et Ethan Hawke.

Sans drame ni suspens, Boyhood se veut une réflexion de près de trois heures sur la famille et le temps qui passe. «Il n'y a pas d'intrigue. On suit l'évolution d'une famille. C'est très délicat à faire. C'est tellement plus simple de suivre l'histoire d'une bombe qui risque d'exploser à minuit!», lance d'entrée de jeu l'acteur Ethan Hawke, joint par téléphone.

«C'est une idée un peu folle, mais c'était la seule manière pour que le film fonctionne et soit authentique. Je voulais capter «le fait de grandir» et le vieillissement. On devait vraiment le vivre pour le voir. Il a fallu beaucoup de patience. Mais ç'a surtout été un amusant projet de vie», ajoute Richard Linklater, le père de Lorelei Linklater, qui a insisté pour jouer le rôle de Samantha, la soeur de Mason, lorsqu'elle avait 9 ans.

«Quand elle a appris qu'il y avait un personnage de son âge dans le film, elle a tout fait pour avoir le rôle. Elle grandissait déjà sur les plateaux de tournage et était exactement à cette époque la petite fille culottée qu'on découvre au début du film!», se souvient le réalisateur, qui a pu voir grandir sa fille sous la lentille de sa caméra.

Après quelques années de tournage, Lorelei Linklater a commencé à s'intéresser aux arts visuels et moins au métier d'actrice. «Elle m'a même demandé si je ne pouvais pas tuer son personnage!», dit le réalisateur avec amusement.

Au fil du temps, Richard Linklater a dû composer avec les aléas de la vie. Le choix de l'interprète de Mason, le personnage principal de Boyhood que l'on suit de l'âge de 6 à 19 ans, a donc été déterminant.

«Ç'a été la plus grande décision que j'ai eu à prendre. Il a dû revenir en audition à plusieurs reprises. Je voulais aussi connaître ses parents avant de choisir. Ce garçon était intéressant et semblait particulier. Beaucoup d'enfants cherchent l'attention des adultes et veulent à tout prix leur plaire. Mais il était différent. Ça m'a plu. Il était juste lui-même», explique Richard Linklater.

Capter la vie, tout simplement

Le plus grand défi de Boyhood a sans doute été de refléter le plus fidèlement possible la réalité en s'inspirant de la vie des acteurs. Pour ce faire, Richard Linklater a pu compter sur le soutien d'Ethan Hawke, un fidèle complice avec qui il a déjà travaillé à six reprises, notamment dans la trilogie romantique Before sur le couple, dont le tournage s'est étalé sur près de 20 ans.

«C'est excitant de participer à un projet qui sort de l'ordinaire et de créer un personnage durant plus d'une décennie. Je me suis vu vieillir! Les films de Richard sont toujours des projets de vie dans lesquels on utilise le temps comme un outil», raconte Ethan Hawke, dont le fils venait de naître quand le réalisateur lui a parlé pour la première fois de Boyhood.

«On tournait trois, quatre jours par an, mais on discutait beaucoup des personnages ensemble. Est-ce qu'il va jouer au baseball? Qu'est-ce qu'il écoute comme musique? On passait des jours à concevoir la réalité des personnages et à perfectionner le scénario. On s'asseyait avec les enfants et on voyait de quoi ils voulaient parler. Samantha avait 15 ans et la sexualité faisait partie de sa vie. On avait trouvé quelques jours plus tôt dans le journal un article sur le fait que le nombre de grossesses chez les adolescentes était en hausse aux États-Unis. Alors on a décidé de l'inclure. Même chose pour la guerre en Irak ou la séance de signature d'un volet d'Harry Potter», raconte l'acteur, qui a lui-même, pendant le tournage, traversé un divorce avec l'actrice Uma Thurman, avec qui il a eu deux enfants.

«Ce film a été comme une méditation géante sur le fait d'être un enfant et d'élever un enfant», précise-t-il.Un tournage atypique

Le tournage de Boyhood, commencé en 2002, a été entièrement fait en 35 mm. Cette prouesse a été réalisée grâce à 143 comédiens et 400 employés, pour un budget total de 2,4 millions de dollars en 12 ans (un film indépendant américain coûte en moyenne 6 millions!). Le film a été produit sans limite de durée, ni date de sortie fixe, ni visionnement obligatoire des rushs par le producteur, IFC Films, ce qui remettait en question les normes du cinéma hollywoodien.

«Il était impossible de revenir en arrière et de reprendre des scènes. Ça devait fonctionner du premier coup. On a tourné de manière chronologique. Ç'a été un processus très méthodique», explique Richard Linklater, qui a dû compter sur la fidélité de ses acteurs, lesquels n'ont jamais eu à signer de contrat.

«On ne peut pas s'engager par écrit pour 12 ans! Ça ne fonctionnait pas de la même manière que pour les autres films. On ne pouvait pas non plus être payé avant la fin. N'importe qui aurait pu abandonner à n'importe quel moment. Qu'arriverait-il si un des comédiens avait un accident? La vie est pleine de surprises!», lance Ethan Hawke.

La fin d'une longue histoire

Au fil de l'aventure, l'équipe de Boyhood a tissé des liens particuliers

«La fin du tournage a été difficile. Je suis encore en train de faire mon deuil», confie Richard Linklater.

«C'était notre petit secret depuis plus d'une décennie!, ajoute Ethan Hawke. C'était si sympa que personne ne soit au courant et d'avoir cette vie parallèle que nous partagions tous. Ça va vraiment me manquer.»

Portrait de famille

Voici un petit portrait-robot des quatre membres de la famille de Boyhood.

Mason : (Ellar Coltrane), 6 ans, grandit au Texas aux côtés de parents séparés. On le voit évoluer de ses premiers pas à l'école primaire à son entrée à l'université, allant d'apprentissage en déception à chaque étape de sa vie.

Samantha : (Lorelei Linklater) est l'aînée de la famille. Elle a 9 ans au début du film et est très proche de son petit frère Mason.

Olivia : (Patricia Arquette) élève seule ses enfants depuis le départ de leur père, Mason Sr. Depuis qu'elle a déménagé avec sa famille à Houston, elle reconstruit peu à peu sa vie, rencontre un homme et reprend ses études pour devenir une brillante enseignante.

Mason Sr. : (Ethan Hawke) a quitté le foyer familial. Ce père immature, parti faire du trekking en Alaska et musicien à ses heures, choisit de reprendre sa vie en main pour se rapprocher de ses enfants et mener finalement une vie bien rangée de vendeur d'assurances.

_______________________________________________________________________________

Boyhood sera présenté demain à 16h dans le cadre de Fantasia au Théâtre Hall Concordia, puis à l'affiche en salle à compter de vendredi.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Marc Cassivi | Saisir le moment

    Marc Cassivi

    Saisir le moment

    Dans un taxi, un jeune homme verbomoteur réfléchit à voix haute aux contours du hasard et du destin. «Et si j'étais resté à l'arrêt d'autobus plutôt... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer