The Monuments Men: «Une histoire importante», dit John Goodman

Dans Les Monuments Men, Georges Clooney est entouré... (Photo Columbia)

Agrandir

Dans Les Monuments Men, Georges Clooney est entouré entre autres de John Goodman, Matt Damon et Bill Murray.

Photo Columbia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

John Goodman et George Clooney se sont connus sur le plateau de Roseanne, lorsque le second a fait une dizaine d'apparitions dans la comédie de situation qui a servi de rampe de lancement au premier.

Mais ils n'avaient pas travaillé ensemble devant la caméra depuis O Brother, Where Art Thou? des frères Coen. Ils évoluent toutefois dans les mêmes milieux, se croisent régulièrement et se sont côtoyés sur le plateau d'Argo de Ben Affleck, dont George Clooney était l'un des producteurs.

Entrevue avec John Goodman.

Qu'est-ce que vous attendez d'un réalisateur?

Qu'il ait fait ses devoirs, qu'il sache ce qu'il veut, qu'il soit préparé. C'est pour ça que j'aime tellement travailler avec les Coen [NDLR: de Raising Arizona à l'Inside Llewyn Davis, ils ont collaboré six fois]: ce sont des auteurs formidables, ils ont une vision claire de ce qu'ils veulent et ils savent exactement comment parvenir à cette vision.

Et George Clooney, comment est-il?

Plus je vieillis, plus j'apprécie George. Il a le don de tout faire paraître facile, simple et même, je dirais, élégant. Il est ainsi comme réalisateur, comme acteur et comme homme.

Quand vous a-t-il pressenti pour The Monuments Men et pourquoi avez-vous été intéressé par ce projet?

C'était à la fête de la première d'Argo à New York. Il m'a dit qu'il avait quelque chose d'intéressant pour moi. Plus tard, il m'a raconté cette histoire incroyable et importante, cette histoire de la tentative, par les nazis, de non seulement exterminer un peuple, mais aussi d'annihiler leur culture en détruisant le fruit de leur art, leur mémoire culturelle. Sentant que la défaite approchait, tout ce qu'ils ne pouvaient pas voler, ils allaient le détruire. Ils allaient bombarder Paris. Il fallait tenter de sauver ces joyaux de la culture occidentale. C'est la mission que se sont donnée les Monuments Men.

Vous incarnez l'un d'entre eux, Walter Garfield, inspiré du sculpteur Walter Hancock... D'une certaine manière, ce dernier fait partie de votre passé, je crois?

C'est une coïncidence incroyable. Walter Hancock vient de St. Louis, au Missouri, comme moi. Et quand j'étais enfant, chaque fois que ma mère m'amenait au centre-ville en autobus, nous passions devant une de ses sculptures. Vous savez, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout le monde voulait apporter sa contribution. Il était trop vieux pour monter au front, mais devenir l'un des MonumentsMen a été sa manière de participer à l'effort de guerre.

C'est une première occasion, pour vous, de jouer dans un film de guerre. À 61 ans, était-il temps?

Il était temps. C'est un rêve devenu réalité. Je fais partie de cette génération dont les pères sont allés au front, le mien a été déployé en France. Enfant, avec les copains, c'est à ça que nous jouions, à la guerre. Là, j'ai pu porter un uniforme, un casque, une arme. La totale. Cette expérience, pour moi, ç'a été comme retomber en enfance.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>The Monuments Men</em>: des hommes et une femme

    Nouvelles

    The Monuments Men: des hommes et une femme

    «Les personnages sont inspirés des véritables Monuments Men et le film est basé sur leur histoire. Mais nous avons pris des libertés pour des... »

  • George Clooney: l'art de la guerre

    Entrevues

    George Clooney: l'art de la guerre

    «Il devient plus beau en vieillissant et il est tellement talentueux que c'en est obscène. C'est comme si Dieu avait dit: «Si, cette fois, je donnais... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer