À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

     
    ou
    Fermer X

    Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

    Suggestions:
    1- Vérifiez l'orthographe
    2- Entrez un code postal
    3- Entrez le nom d'une ville
    4- Entrez une adresse

    Philippa Boyens : d'admiratrice à professionnelle

    La coscénariste de The Hobbit, Philippa Boyens.... (Photo: AP)

    Agrandir

    La coscénariste de The Hobbit, Philippa Boyens.

    Photo: AP

    Partager

    Sur le même thème

    Sonia Sarfati
    La Presse

    (New York) Philippa Boyens pensait que son incursion en Terre du Milieu ne durerait que quelques semaines. Mais son voyage dans l'oeuvre de Tolkien, commencé en 1997, se poursuit toujours. Rencontre avec la coscénariste de The Hobbit: An Unexpected Journey.

    «Si nous n'avions pas fait The Lord of the Rings avant, ce film-ci aurait été très différent. The Hobbit a été écrit pour les enfants, et nous aurions créé la Terre du milieu dans cet esprit-là. Mais la Terre du milieu existe désormais, les gens sont familiers avec ce monde, nous ne le découvrons pas, nous y retournons», a expliqué Philippa Boyens, lors de l'entrevue qu'elle a accordée à La Presse.

    Bref, il fallait répondre aux attentes des admirateurs de la première trilogie, sombre et complexe, que Peter Jackson a signée à partir de l'oeuvre de Tolkien, tout en ne trahissant pas l'esprit plus enfantin du premier roman de l'homme de lettres, qui se déroule 60 ans avant les événements relatés dans The Lord of the Rings. Là était l'un des défis de celle qui cosigne le scénario de la trilogie, s'amorçant avec An Unexpected Journey. Rappelons que Philippa Boyens s'est d'abord attelée, avec Peter Jackson et Fran Walsh, à The Lord of the Rings - travail qui lui a valu un Oscar.

    Coup de pouce payant

    Pas mal pour cette enseignante et admiratrice de Tolkien, que ses amis Peter et Fran ont contactée en 1997 afin qu'elle leur donne un coup de pouce dans la scénarisation du roman réputé inadaptable! Elle a ensuite travaillé à leurs côtés sur King Kong et de The Lovely Bones. Puis The Hobbit s'est pointé.

    Elle n'a cependant pas accepté immédiatement. La peur de se répéter. Mais la curiosité l'a emporté, et elle aimait l'idée d'écrire avec Guillermo del Toro, attaché au projet pendant deux ans. «Il nous a permis de voir la Terre du milieu avec des yeux neufs, a raconté Philippa Boyens. J'aurais adoré voir «son» film, qui aurait sûrement été formidable.» Sauf que ce film-là n'existera pas, puisque le réalisateur du Labyrinthe de Pan, lassé des retards provoqués par des problèmes de droits, a quitté le navire - dont, du coup, Peter Jackson a pris la barre. «Même si Guillermo a laissé son empreinte sur le projet, nous avons réécrit pour coller à la vision de Peter.»

    Certains éléments, toutefois, n'ont jamais changé, par respect pour Tolkien et ses légions d'admirateurs. Le nombre de personnages, par exemple: The Hobbit suit Bilbo (Martin Freeman), Gandalf (Sir Ian McKellen) et 13 nains dans leur voyage vers le mont Solitaire, dans les entrailles duquel le dragon Smaug veille sur l'immense trésor des nains dont il s'est emparé. Le but de la Compagnie: reprendre possession de cet or.

    Une armée de nains

    Quinze personnages principaux, donc. En supprimer quelques-uns? Les scénaristes ont été tentés. «Mais nous avons plutôt observé la situation de l'autre bout de la lorgnette: 13 nains partent en guerre contre un dragon. Un dragon! Du coup, nous n'avions pas «trop» de nains, nous n'en avions pas assez. Il en faudrait une armée pour assurer leur victoire!», a ajouté la scénariste. Avec le couple Jackson-Walsh, elle a créé une personnalité à chacun des nains en question - peu élaborée dans le roman, à l'exception de celle de Thorïn (Richard Armitage), leur chef.

    L'opération a permis de mettre en relief le côté enjoué du début d'une histoire devenant de plus en plus sombre et se terminant de manière tragique. Variation de ton qui, selon Philippa Boyens, sera bien servie, car elle est minutieusement exploitée au fil des trois films - et non plus deux, comme le voulait le projet original. Pour cela, les trois scénaristes ont utilisé le contenu des annexes se trouvant à la fin de The Lord of the Rings.

    «Cela nous permet, par exemple, de suivre Gandalf qui, dans le roman, ne fait que disparaître pour un temps, et de planter l'idée des forces sombres qui commencent à s'éveiller en Terre du milieu.» Et qui feront les ravages que l'on sait dans les temps couverts par The Lord of the Rings. Le but ultime est donc que les deux trilogies se parlent, se répondent, et se complètent.

    ___________________________________________________________________________

    The Hobbit: An Unexpected Journey (Le Hobbit: Un voyage inattendu) prend l'affiche vendredi.

    Les frais de voyage ont été payés par Warner Bros.

    Le Hobbit - Un voyage inattendu

    Cote La Presse

    Un paisible hobbit est choisi par un sage magicien pour escorter, en tant que cambrioleur, treize nains qui veulent se réapproprier leur royaume et...
    Fiche du film
    Partager

    publicité

    publicité

    publicité

    la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

    publicité

    publicité

    Autres contenus populaires

    image title
    Fermer