L'amant double: froid et clinique ***

La PresseMarc-André Lussier 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chloé, une jeune femme psychologiquement fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul. Après avoir emménagé avec lui, elle se rend compte que son conjoint lui cache peut-être une partie de son identité...

L'amant double... (Image fournie par MK2 | Mile End) - image 1.0

Agrandir

L'amant double

Image fournie par MK2 | Mile End

Depuis toujours, le thème de la gémellité inspire les créateurs, en ce qu'il permet à ces derniers de plonger dans le monde des fantasmes et les méandres psychanalytiques qu'il recèle. Pour un cinéaste comme François Ozon, qui aime entraîner le spectateur sur des pistes qui n'ont parfois rien à voir avec la réalité qu'il dépeint, cette adaptation d'un roman de Joyce Carol Oates lui donne une parfaite occasion.

Arpentant des territoires déjà labourés par Hitchcock, de Palma et Cronenberg, pour ne nommer qu'eux, le réalisateur de Frantz propose un film dans lequel on joue pleinement des effets de miroir, sous l'emprise desquels un trouble s'installe, forcément.

Marine Vacth, révélée il y a quatre ans grâce à Jeune et jolie, du même Ozon, offre une performance remarquable dans le rôle de cette jeune femme coincée entre deux êtres si semblables et si différents à la fois. Cela dit, l'approche très clinique qu'emprunte le cinéaste pour raconter cette histoire fait en sorte que le spectateur s'en sentira parfois plus détaché. Aussi, le contraste entre les jumeaux (incarnés tous deux par Jérémie Renier) est parfois souligné à trop gros traits.

DRAME

L'amant double

François Ozon

Avec Marine Vacth, Jérémie Renier, Jacqueline Bisset

1 h 47

Trois étoiles




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer