Le jeune Karl Marx: de quoi sont faites les révolutions ***1/2

La PresseChantal Guy 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire: Entre l'Allemagne, la France, la Belgique et l'Angleterre, une histoire d'amitié et de passion intellectuelle se noue entre Karl Marx et Friedrich Engels, qui mènera en 1848 à la rédaction du Manifeste du Parti communiste.

Faire un film biographique sur Karl Marx est déjà une audace en soi. Encore sous le choc de son excellent documentaire I Am Not Your Negro, qui démontrait l'acuité de la pensée de James Baldwin sur la question raciale aux États-Unis, on se demandait bien comment Raoul Peck allait aborder un monument tel que Karl Marx - considéré d'ailleurs par beaucoup comme poussiéreux -, qui plus est par la fiction. 

On est d'abord étonné par un traitement cinématographique assez classique du sujet, mais là réside probablement la subversion de ce film: en reprenant certains codes traditionnels du biopic - les grands moments, les costumes, les reconstitutions historiques, les citations célèbres - Raoul Peck s'emploie à redonner chair à une figure désincarnée, selon le langage cinématographique populaire d'aujourd'hui. 

Le jeune Karl Marx... (image fournie par la production) - image 2.0

Agrandir

Le jeune Karl Marx

image fournie par la production

Ce Karl Marx (sympathique August Diehl) est un jeune baveux, qui prend des cuites, fait l'amour, tire le diable par la queue dans différentes villes d'Europe avec sa femme et complice Jenny, se passionne avec son ami Engels (Stefan Konarske) pour des idées dont ils souhaitent tous les deux qu'elles ne resteront pas que des utopies sur papier et ensemble, ils affrontent les penseurs de leur temps (Proudhon, Weitling, La ligue des justes qui deviendra la Ligue des communistes). Ce faisant, Raoul Peck rappelle que les révolutions naissent d'êtres humains faits de chair et de sang, les pieds dans la réalité de leurs temps, la colère fertile, les convictions vissées au coeur, loin de tous les clichés qui viendront après eux. 

Le grand mérite de ce film, qui n'est pas sans défauts, est sa volonté de rendre Marx aux vivants, voire d'en faire un contemporain. Mine de rien, il peut facilement piquer la curiosité des non-convertis, en plus d'offrir une humble porte d'entrée à sa pensée.

* * * 1/2

Le jeune Karl Marx. Drame biographique de Raoul Peck. Avec August Diehl, Stefan Konarske, Vicky Krieps et Hannah Steele. 1 h 58.

Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer