Colossal: quand se montre le monstre (intérieur) ***1/2

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

L'histoire: Gloria (Anne Hathaway) fait la fête. Beaucoup. Au point de se faire mettre à la porte de son boulot et à celle de l'appartement qu'elle partage avec Tim (Dan Stevens). Elle quitte donc New York pour s'installer dans sa ville natale où elle renoue avec Oscar (Jason Sudeikis), un ami d'enfance. C'est alors qu'un monstre «godzillesque» attaque Séoul. Et que Gloria réalise qu'elle est inexplicablement liée à la créature.

Ça commence façon comédie romantique. Ça bifurque vers le film de monstres, sans jamais complètement quitter la première marche (donc, on n'y va pas pour voir un pur kaiju). Ça dévie ensuite vers le drame commun et triste tout en gardant un pied dans les deux autres genres.

Bon, c'est vrai, ça fait trois pieds, mais, et c'est la magie bizarre de Colossal de Nacho Vigalondo (les courts métrages Timecrimes et Extraterrestrial), ça... marche.

Cet objet étrange et original, difficilement qualifiable, est fascinant. Il surprend par la malléabilité de sa forme; par l'adresse dont fait preuve son réalisateur pour glisser d'un genre à l'autre (oui, il y a ruptures de ton, mais cela se fait avec fluidité et intelligence); et par la profondeur d'un propos qui, sous des aspects de divertissement «indépendant» (comprendre qu'on n'est pas dans le blockbuster), met en images ces monstres intérieurs qui nous rongent et aborde des questions aussi sérieuses que la violence domestique.

Colossal... (Image fournie par la production) - image 2.0

Agrandir

Colossal

Image fournie par la production

Anne Hathaway ne se ménage pas pour donner chair à Gloria qui n'a de «glorieux» que le prénom: elle boit trop, elle semble avoir mis la clé sous la porte quant à tout avenir ensoleillé, que ce soit du côté personnel ou professionnel. En ce qui concerne l'ami Oscar, il est... disons, complexe. Il fallait de la subtilité et une grande intelligence du personnage pour le rendre ainsi - ça tombe bien, Jason Sudeikis possède tout cela.

Enfin, les monstres. Ils ne sont pas sortis de l'usine Marvel ou DC, mais pas non plus d'une banale boutique de déguisements. Bref, ils semblent issus d'un entre-deux. Ce qui colle à Colossal.

* * * 1/2

Colossal (V.F.: Colossal). Film de science-fiction de Nacho Vigalondo. Avec Anne Hathaway, Jason Sudeikis, Dan Stevens. 1 h 50.

Consultez l'horaire du film




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer