Monster Trucks: un tacot du 7e art **

La PresseAndré Duchesne 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire: À la suite d'un forage pétrolier effectué par des hommes sans scrupule, une créature vivant dans les entrailles de la Terre devient la protégée de Tripp, un adolescent qui utilise celle-ci comme moteur pour son camion surdimensionné. Le curieux tandem est alors engagé dans une inénarrable poursuite.

Si les nombreux enfants de la salle de projection où nous avons assisté à la représentation de ce long métrage avaient été branchés à un lecteur d'émotions, l'aiguille n'aurait pas souvent décollé du zéro.

Sans doute que les petits cinéphiles, biberonnés aux machins électroniques, aux films en 3D, aux effets spéciaux titanesques, ont vite ressenti intérieurement que ce nouvel opus hautement prévisible de Chris Wedge (L'âge de glace) était déjà obsolète.

Cinq minutes après le début de la projection, on avait déjà saisi tout le sens de cette histoire. La cupidité des hommes est responsable de bien des maux, dont la destruction de l'environnement.

Ici, cette cupidité fait en sorte qu'à la suite d'un forage aveugle de l'entreprise Terravex, trois créatures bizarres, genre de croisement entre un béluga et une pieuvre et se nourrissant de pétrole, sont libérées dans la nature. Deux d'entre elles sont vite capturées par les gens de l'entreprise, qui veulent les éliminer. La troisième, bébé des deux autres, est prise en charge par Tripp (Lucas Till), qui va tout faire pour la rendre, ainsi que ses parents, à son milieu naturel.

Monster Trucks... (Image fournie par Paramount) - image 2.0

Agrandir

Monster Trucks

Image fournie par Paramount

Si au moins on y avait mis une dose d'émotion. Mais non. Les acteurs livrent une performance mécanique, les effets spéciaux sont ordinaires, les invraisemblances s'additionnent à un rythme fou (entrer dans une usine comme dans un moulin, vraiment?), les revirements de situation sont mal définis. C'est sans compter les horribles rôles masculins du père et du beau-père de Tripp, pas exactement des exemples à suivre.

Dans cette soupe, la petite amourette entre le héros et Meredith (Jane Levy) est si insignifiante qu'il ne vaut pas la peine de s'y attarder.

Si ce film était une voiture, ce serait un tacot à être envoyé au broyeur.

* *

Monster Trucks (V.F.: Monstres sur roues). Comédie de Chris Wedge. Avec Lucas Till, Jane Levy, Thomas Lennon, Rob Lowe. 1h44.

Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer