Closet Monster: un regard neuf sur la quête d'identité sexuelle ***

La PresseStéphanie Vallet 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sacré meilleur film canadien au Festival international du film de Toronto, Un monstre dans le placard s'inspire d'événements que le jeune réalisateur Stephen Dunn a lui-même vécus lorsqu'il était adolescent.

Un acte de violence extrême envers un homosexuel empalé sur un terrain près de son école lui a fait remettre en question son orientation sexuelle et lui a donné le point de départ du long métrage. C'est dans ce contexte qu'on fait la connaissance d'Oscar (Connor Jessup) qui, 10 ans après le drame, tente d'apprivoiser son identité sexuelle. Rattrapé à l'aube de l'âge adulte par les traumatismes de son enfance, le jeune homme doit affronter les dysfonctionnements familiaux, en plus d'une sexualité encore indécise.

Dans sa petite ville de Terre-Neuve, Oscar rêve de devenir maquilleur en effets spéciaux à New York. Il passe la plupart de son temps avec son amie Gemma (Sofia Banzhof), qui l'aide à monter son portfolio. Le seul autre vrai interlocuteur de l'adolescent tourmenté est Buffy, son hamster (dont la voix est celle d'Isabella Rossellini, incarnation de la véritable nature d'Oscar). Alors que le jeune homme travaille dans une quincaillerie, il fait la connaissance de Wilder (Aliocha Schneider), un charismatique et charmant collègue à la vie sociale bien remplie. Son attirance envers Wilder va pousser Oscar à affirmer son orientation sexuelle malgré le traumatisme qu'il a vécu pendant sa jeunesse.

Le jeune réalisateur de 27 ans a fait preuve d'une belle maturité, utilisant des métaphores intéressantes pour aborder des sujets souvent traités: le coming out et la quête d'identité sexuelle.

Closet Monster... (Photo fournie par Remstar) - image 2.0

Agrandir

Closet Monster

Photo fournie par Remstar

Il arrive par exemple à illustrer avec doigté et poésie la peur du sexe anal qu'a le jeune homme.

Connor Jessup (découvert dans Blackbird) est très crédible dans son rôle et offre une belle performance.

On déplore par contre que le scénario néglige autant les personnages secondaires, surtout ceux de Wilder et de la mère d'Oscar, qui manquent de relief malgré un jeu d'acteur irréprochable.

Le monstre dans le placard pose un regard «queer» sur la quête de l'identité sexuelle, une proposition rafraîchissante alors que la plupart des films ayant abordé le passage à l'âge adulte ou la sortie du placard l'ont surtout fait avec une perspective plus «hétéronormée».

* * *

Closet Monster (V.F.: Un monstre dans le placard). Drame de Stephen Dunn. Avec Connor Jessup, Aaron Abrams et Aliocha Schneider.

> Consultez l'horaire du film

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer