En DVD

Ceci n'est pas un polar

Ceci n'est pas un polar

Ceci n'est pas un polar

Résumé

Séparé de sa femme, en conflit perpétuel avec son fils, André Kosinski, 52 ans, n'attend plus grand chose de la vie. Mais le destin de ce chauffeur de taxi solitaire et aigri bascule lorsqu'il prend à bord de son véhicule Marianne, une jeune femme d'une trentaine d'années qui déambule dans un quartier résidentiel où une agression vient d'avoir lieu. La voyant pleurer, il lui tend un mouchoir. Pour le remercier de sa sollicitude, elle lui propose de monter boire un café... puis l'invite dans son lit. Troublé, hésitant à s'engager dans une nouvelle relation, André s'attache néanmoins à la jeune femme. Or, celle-ci reste très discrète sur sa vie et refuse de dévoiler la moindre parcelle de son passé. Conscient que Marianne cache un secret, André mène sa petite enquête, qui l'amène bien vite à la soupçonner d'être impliquée dans un crime dont parlent les journaux.

Cote La Presse

3.5/5

Votre cote 72 votes

3.1/5

Fermer X

Bande-annonce de Ceci n'est pas un polar

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2014-10-31

Classement : 13 ans + (érotisme)

Pays : Canada

Distributeur : K-Films Amérique

Date de sortie en DVD : 2015-02-10

Genre : Drame

Durée : 119 min.

Année : 2014

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Patrick Gazé

Montage : Patrick Gazé

Scénario : Patrick Gazé

Production : Louisa Déry,Michèle Grondin

Photographie : Jean-François Lord

Musique : Erik West-Millette,Olaf Gundel

ACTEURS

Roy DupuisSylvie BoucherRoc LafortuneChristine BeaulieuClaude DespinsDenis TrudelGildor RoyAnie PascaleLise CastonguayGuillaume LaurinMarie-Claude LangloisStéphan Côté

Critique

Ceci n'est pas un polar: ceci n'est pas un vilain film

Marc-André 
Marc-André Lussier

Avec un titre pareil, bien difficile de ne pas reconnaître l'intention de son auteur de détourner les clichés habituels liés au genre. Dans ce film qui emprunte parfois des allures de drame romantique, Patrick Gazé met à l'avant-plan une histoire d'amour naissante. Avec des soupçons de polar dedans. Et bien d'autres choses aussi.

Évitant la voie du misérabilisme, Gazé nous propose le portrait néanmoins réaliste de gens vivant dans un milieu où l'on utilise toutes les ressources disponibles pour survivre. Pourtant, même dans un tracé où le destin ne semble guère avoir d'imagination, l'inattendu peut surgir au détour d'une simple rencontre.

À 50 ans, désabusé autant par ses histoires sentimentales que par une famille qui s'est détachée de lui, André (Roy Dupuis) s'était pourtant juré qu'on ne l'y reprendrait plus. Il n'attend d'ailleurs plus rien de la vie, sinon d'essayer de joindre les deux bouts tant bien que mal au volant de son taxi.

Le destin fait des siennes le jour où Marianne (Christine Beaulieu), une jeune femme en détresse, s'installe sur le siège arrière de sa voiture en pleurant en silence. Il lui offre un mouchoir; elle l'invite à monter prendre un café, histoire d'être en présence d'un peu de chaleur humaine. Il s'était dit «plus jamais», mais ne peut rejeter l'invitation de cette femme mystérieuse, qui ne veut rien dévoiler d'elle. L'élément «polar» du film, sur lequel le cinéaste n'insiste guère, découlera de la propre enquête que mènera André afin d'en savoir un peu plus sur cette femme dont il est en train de tomber amoureux. Évidemment, rien n'est simple.

Un film d'atmosphères

Pour raconter cette histoire, Patrick Gazé installe d'abord un climat feutré. Que vient sobrement souligner la partition musicale délicate composée par Erik West-Millette. Ceci n'est pas un polar est avant tout un film d'atmosphères. À cet égard, le cinéaste sait bien moduler ses effets. Le scénario est bien ficelé et se dirige vers un dénouement astucieux.

La réussite de ce film singulier repose aussi sur les épaules de Roy Dupuis. Pratiquement de tous les plans, l'acteur se glisse dans la peau de cet homme «ordinaire» avec grâce et humilité. Dupuis offre sans doute ici l'une de ses meilleures compositions. Face à lui, Christine Beaulieu aborde sa Marianne de façon très sobre, très authentique. Tous les personnages périphériques, bien écrits, apportent un supplément d'âme au récit, sans jamais sombrer dans la facilité ou l'évidence.

Ayant essentiellement réalisé des clips et des courts métrages (parmi lesquels Mon nom est Victor Gazon), Patrick Gazé signe ici, à 43 ans, un premier long métrage très convaincant.

* * * 1/2

Ceci n'est pas un polar. Drame réalisé par Patrick Gazé. Avec Roy Dupuis, Christine Beaulieu, Roc Lafortune, Sylvie Boucher. 1h59.

Ceci n'est pas un polar: en quête d'amour

Éric 
Éric Moreault

Les raisons pour aller voir Ceci n'est pas un polar au cinéma sont nombreuses, et la première n'est pas Roy Dupuis (bien qu'il soit très bon). Au premier chef, il y a ce scénario rigoureux qui développe avec beaucoup d'acuité la psychologie des personnages. Ensuite, l'habileté de Patrick Gazé, aidé par la cinématographie de Jean-François Lord, à recréer un environnement qui a l'épaisseur du réel. Et puis, il y a le fait que ce soit un des films québécois les plus singuliers de 2014 avec Mommy.

La référence à Xavier Dolan n'est pas fortuite. Bien sûr, Gazé n'affiche pas la même virtuosité cinématographique (bien qu'il partage la même affection pour le gros plan). Mais le réalisateur a le même sens, et souci, du détail. Il attache un soin particulier aux petites choses qui font vivre le réel dans la fiction (comme la chatte du personnage principal).

Qui plus est, les personnages proviennent du même univers social, un peu paumé, où l'argent se fait rare, le bonheur aussi. Ce long métrage n'est pas misérabiliste pour autant. On éprouve le même genre d'affection pour eux que pour les personnages de Michel Tremblay (ils parlent d'ailleurs la même langue...).

À commencer par André Kosinski (Dupuis), un chauffeur de taxi de 50 ans désabusé et revêche qui n'attend plus grand-chose de la vie. Sa soeur Monique se meurt du cancer, son fils le méprise et sa femme lui a demandé le divorce, il y a quatre ans. Les clients qui défilent dans sa voiture l'indiffèrent.

Jusqu'à ce qu'il embarque Marianne (Christine Beaulieu), une jeune femme secrète et fragile, dont il s'éprend follement. Mais puisqu'il la soupçonne d'être impliquée dans une agression, le chauffeur va enquêter sur son passé trouble...

Voilà pour l'aspect polar - il y a bien quelques policiers, mais ils évoluent en périphérie. Le plus intéressant est de voir cet homme un peu démuni pour les choses du coeur entamer une quête amoureuse presque absolutiste, même quand Marianne le repousse. Il veut s'attacher, pas elle. Roy Dupuis est terriblement convaincant. Et émouvant. Christine Beaulieu ne lui cède en rien, jouant avec beaucoup de conviction cette traumatisée repliée sur elle-même.

Ceci n'est pas un polar repose évidemment sur leurs performances (Dupuis est constamment à l'écran), mais aussi sur le climat que crée patiemment Patrick Gazé. Il faut un temps avant d'y entrer. Certains vont peut-être décrocher, mais les autres vont être récompensés. Ceci n'est pas un polar se classe dans la catégorie du cinéma d'auteur, soit, mais accessible.

Il repose aussi sur une envoûtante trame sonore d'Erik West-Millette. Elle contribue beaucoup aux ambiances un peu glauques du film, qui entraîne le spectateur sur la piste singulière d'un crime qui va bouleverser le destin de deux personnages qui n'en demandaient pas tant.

Car le long métrage aurait aussi pu s'intituler Ceci n'est pas une histoire d'amour. Du moins, pas du genre de celle à laquelle nous sommes habitués au cinéma. C'est ce qui fait la force et l'originalité de ce premier long métrage.

S'il y a un public pour Mommy, il y en a un aussi, peut-être le même, pour Ceci n'est pas un polar. Le film de Gazé le mérite.

* * *

publicité

Commentaires ( 1 ) Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (1)

Commenter cet article »

  • Toujours aussi photogénique Roy Dupuis et il sait choisir ses rôles toujours très différents et il est intense dans son interprétation. Intrigue bien ficelée et on imagine le pire puisque la victime ne se livre pas facilement avec une situation problématique où la vérité est plus simple et compréhensible. Ce chauffeur de taxi désabusé cherche à comprendre et utilise toutes ses ressources pour connaitre l'histoire de cette fille et l'aide malgré elle avec une touche humoristique pour compléter l'intrigue.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité