Dimanche napalm: poutine format familial

Sylvie Léonard, Henri Chassé, Alex Bergeron, Cynthia Wu-Maheux... (photo Valérie Remise, fournie par la production)

Agrandir

Sylvie Léonard, Henri Chassé, Alex Bergeron, Cynthia Wu-Maheux et Geneviève Schmidt dans Dimanche napalm

photo Valérie Remise, fournie par la production

La PresseMario Cloutier 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Sébastien David trace, dans Dimanche napalm, un portrait saisissant de la société québécoise actuelle. Désillusionné, mais très drôle aussi.

Alex Bergeron incarne un ex-carré rouge qui décide... (photo Valérie Remise, fournie par la production) - image 1.0

Agrandir

Alex Bergeron incarne un ex-carré rouge qui décide de rester muet après ce qui semble être une tentative de suicide.

photo Valérie Remise, fournie par la production

Entre le Viêtnam des années 60 et le printemps érable, 50 ans plus tard, le Québec est devenu une sorte de poutine ramollie. C'est un peu ce qui ressort de la pièce Dimanche napalm, écrite et mise en scène par Sébastien David.

Après ce qui semble être une tentative de suicide, un jeune homme (Alex Bergeron) décide de rester muet. Ses parents (Henri Chassé et Sylvie Léonard), sa soeur (Geneviève Schmidt) et son ex-copine (Cynthia Wu-Maheux) tentent de le faire parler, en vain. Prisonnier de son fauteuil roulant, il deviendra leur confesseur involontaire. 

Chacun livrera sa vie en petits morceaux et en gros clichés au jeune homme. Et l'on comprendra bien vite, devant ce ramassis de vies à la petite semaine, sans envergure ni ambition, pourquoi le jeune homme, ex-carré rouge, a décidé de garder le silence.

Seules la candeur et la truculence de sa soeur arrachent une certaine satisfaction au jeune homme. Celui-ci s'identifie d'ailleurs davantage à sa grand-mère (impayable Louison Danis), clouée elle aussi dans un fauteuil roulant dans un centre d'accueil.

Construite en tableaux, la pièce donne à tous les acteurs la chance d'effectuer de très solides solos. 

Sébastien David met en scène un texte très inspiré - qui contient malgré tout quelques clichés poétiques - de façon exemplaire au sein d'une scénographie plutôt dépouillée. 

Avec intelligence et acuité, le dramaturge constate l'incompréhension entre les générations et la solitude de tout un chacun. Les révolutions appelées n'ont pas comblé les espoirs d'hier ou d'aujourd'hui. 

Sébastien David nous dit le non-lieu d'une famille et d'une société dont la désillusion est totale. Quelque part entre le confort et l'indifférence. Il fait passer cette poutine difforme avec le rire, mais l'image finale est claire : ce n'est pas en rampant que le Québec se relèvera.

Dimanche napalm

Texte et mise en scène de Sébastien David

Au Théâtre d'Aujourd'hui jusqu'au 26 novembre

> Consultez la page web de la pièce

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Le joker: </em>petite voix dans l'espace infini

    Arts

    Le joker: petite voix dans l'espace infini

    Le joker est un autre texte admirable de Larry Tremblay, quelque peu malmené par une mise en scène et une scénographie bancales. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer