Olivier Kemeid: le théâtre dans la cité

À titre de nouveau directeur artistique du Théâtre de... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

À titre de nouveau directeur artistique du Théâtre de Quat'Sous, Olivier Kemeid compte présenter des créations québécoises, mais aussi du répertoire contemporain international.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Olivier Kemeid déteste les échéances et n'aime pas se fixer des objectifs. Il affirme n'avoir jamais eu de plan de carrière. Et pourtant, cet automne, l'homme de théâtre a plusieurs projets à l'horizon. Après avoir dirigé l'Espace libre durant quatre ans (de 2006 à 2010), Kemeid succède à Éric Jean à la barre du Théâtre de Quat'Sous.

Le nouveau directeur travaille actuellement à la création d'un comité d'artistes qui va le guider dans l'aventure artistique du théâtre de l'avenue des Pins. Avec ce groupe, le metteur en scène orientera la mission de la compagnie fondée par Paul Buissonneau en 1955.

Selon Kemeid, le Quat'Sous se doit d'être un théâtre «influent, innovateur et à l'affût des nouvelles tendances». Il présentera des créations québécoises, mais aussi du répertoire contemporain international. «Je trouve qu'il y a des courants de la dramaturgie étrangère qui peinent à éclore à Montréal.»

Le directeur se donne le défi de programmer des pièces qui relèvent de «l'absolue nécessité». Il veut que le Quat'Sous soit «arrimé dans la cité», ouvert à toutes les cultures. Et le reflet de la diversité montréalaise.

«Pour moi, c'est un devoir d'ouvrir le théâtre aux diverses communautés culturelles. Sans tomber dans le communautarisme, j'ai envie qu'il y ait une grande diversité et une mixité sur la scène.»

«J'arrive du Festival de Stratford où on présente ma pièce, L'Énéide, avec 14 acteurs d'origines diverses, illustre Olivier Kemeid. Là-bas, c'est la norme. On monte du Shakespeare avec des Noirs, des Asiatiques, des Pakistanais... Ils appellent ça "un color blind cast". Quand j'ai dit à la metteure en scène, Keira Loughran, que je trouvais ça formidable, elle m'a répondu: "Pourquoi, donc. Ce n'est pas le cas au Québec?"»

Selon Kemeid, il faut que les institutions culturelles représentent mieux la diversité culturelle au Québec. «Il est minuit moins cinq, lance-t-il. Si on continue d'écarter les minorités ethniques de nos théâtres, de notre télévision, de notre cinéma, on va subir un contrecoup politique et social.»

Sa bio

À l'âge de 10 ans, Kemeid a vécu avec sa famille sur un voilier. Durant une année, leur bateau a navigué tout le long de la côte est des États-Unis, jusqu'aux Antilles. C'est à ce moment-là que l'auteur a commencé à s'intéresser à l'écriture et à la lecture. 

Depuis, Olivier Kemeid a créé une dizaine de pièces de théâtre, notamment Five Kings - L'histoire de notre chuteL'Énéide et Moi, dans les ruines rouges du siècle, oeuvre pour laquelle il a reçu le prix de l'Association québécoise des critiques de théâtre, en 2012. La plupart de ses textes ont été produits au Québec et ailleurs. Il est diplômé de l'École nationale de théâtre du Canada en écriture dramatique.

Sa rentrée

Olivier Kemeid entre officiellement en poste comme directeur artistique et codirecteur général du Théâtre de Quat'Sous le 3 octobre.

Dès le 3 octobre, il jouera dans Les lettres arabes 2 à l'Espace libre.

Son adaptation de L'Énéide est présentée en anglais au Festival de Stratford. Elle sera produite, en avril 2017, au Théâtre national de Rome.

Sa pièce Five Kings sera à l'affiche du festival Francophonies en Limousin, à Limoges, à la fin du mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer