Vent de jeunesse au théâtre d'été

Mickaël Gouin et Léane Labrèche-Dor sont les principaux comédiens... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Mickaël Gouin et Léane Labrèche-Dor sont les principaux comédiens de la pièce de théâtre d'été On t'aime Mickaël Gouin, qui sera présentée au Théâtre des Cascades plus tard cette année.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Lorsque vous pensez «théâtre d'été», les premières images qui vous viennent à l'esprit sont peut-être celles de Suzanne Champagne, de portes qui claquent, d'un rôti de boeuf au jus arrosé d'un verre de rouge bon marché ou d'un stationnement sur gazon. Eh bien! chassez immédiatement cette vision, du moins au Théâtre des Cascades, qui proposera cet été une pièce pour les ados.

On t'aime Mickaël Gouin sera présentée une trentaine de fois sur les planches du théâtre situé dans le pittoresque village de Pointe-des-Cascades, niché au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais.

Mettant en vedette plusieurs figures jeunesse populaires, telles que Léane Labrèche-Dor (Camping de l'Ours, Le nouveau show) et Marie-Soleil Dion (Like-moi, VRAK la vie), le scénario laisse présager une version décalée et absurde du Misery de Stephen King.

À son image, l'histoire s'amorce avec un accident de voiture vécu par la superstar Mickaël Gouin (SNL Québec, Le nouveau show), si célèbre qu'il fait passer Martin Matte pour un has been. Lorsqu'il reprend connaissance, il se trouve chez une famille un peu bizarroïde, mais néanmoins attentionnée. Le temps passe et Mickäel réalise assez rapidement qu'il est pris au piège dans une maison peuplée de cinglés, dont Mathilde, qui voue un culte malsain à l'artiste et aspire à l'épouser.

Si Mickaël Gouin est connu dans la réalité, la version théâtrale de lui-même est grossie caricaturalement par dix. «Je suis carrément un Beatle. C'est ironique, parce que je suis allergique à la prétention», note le comédien, qui est aussi un des acteurs principaux de la série Mon ex à moi (Séries+).

Fait cocasse, il n'était même pas au courant qu'une pièce s'écrivait à son sujet. Pour emprunter une analogie sportive, le comédien Olivier Aubin (L'appart du 5e) sera en quelque sorte un joueur/entraîneur dans ce projet, puisque c'est lui qui a écrit la pièce (avec des acolytes), en plus d'incarner le docteur Victor.

«On ne se connaît pas ben, ben [Aubin et lui]; alors quand mon agent m'a appelé pour me parler de ça, j'ai trouvé ça crissement drôle!»

L'attention était flatteuse, mais le jeune comédien admet avoir eu quelques réticences à l'idée d'embarquer dans un projet de théâtre d'été. Est-ce que les ados seront au rendez-vous?

De l'humour pour tous

Comment vont-ils pouvoir même se déplacer pour se rendre au Théâtre des Cascades, qui célèbre d'ailleurs ses 30 ans d'existence cette année?

Les doutes se sont rapidement envolés. «On a lu le texte il y a deux jours et on riait fort!», souligne Mickaël Gouin, convaincu que les ados, mais aussi leurs parents, pourraient y trouver leur compte. Au pire, il y aura une baraque à l'arrière où ils pourront siroter une bière en attendant leur progéniture, note Léane Labrèche-Dor, toutefois persuadée que les nombreux registres d'humour plairont à pas mal tout le monde.

«Même à des plus jeunes, j'ai l'impression, puisqu'on a des combats, des chansonnettes, une parodie de manga japonais et des personnages éclatés», renchérit celle qui incarnera Béatrice Sicotte, la Cendrillon de service et la seule à vouloir aider le pauvre Mickaël.

Les deux comédiens se réjouissent que la pièce n'ait aucune prétention pédagogique ni ton moralisateur, sinon une subtile réflexion sur le vedettariat. 

«En général, je trouve qu'on abrutit les ados. Ils sont plus intelligents qu'on pense», croit Léane Labrèche-Dor.

«Ils [les ados] sont un peu laissés de côté dans l'univers artistique, mais c'est avec eux qu'on peut se permettre d'être le plus fucked up et d'oser le plus», ajoute Mickaël Gouin.

Les comédiens Chantal Dumoulin (visage bien connu au théâtre), Louis-Olivier Mauffette (L'appart du 5e, Papa) complètent la distribution, eux qui incarnent les parents de l'inquiétante famille. L'histoire ne dit pas si le nom de la mère, Gilberte Sicotte, se veut un subtil hommage à l'interprète du séducteur Jean-Paul Belleau.

Une seule chose semble certaine, le dénouement de la pièce sera tout simplement incroyable. C'est écrit noir sur blanc sur le site décrivant la pièce.

Avec une distribution qui a le vent dans le dos et un concept aussi original, les choses s'annoncent plutôt bien.

Même pour Mickaël Gouin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer