L'été d'Éric Bernier

Éric Bernier... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Éric Bernier

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Éric Bernier est sur le point de réaliser un de ses plus grands fantasmes : se glisser dans la peau d'un personnage narcissique et complètement déconnecté de la réalité. L'acteur jouera en effet au Petit Théâtre du Nord, à partir de mercredi, le rôle de Félix, un psychologue pas très compétent et affreusement centré sur lui-même dans Peau d'ours. Une création absurde, cynique et cinglante de Rébecca Déraspe, mise en scène par Sébastien Gauthier.

Q : Quand tu ne seras pas sur scène, que vas-tu faire de ton été?

R : Je vais sûrement aller à mon chalet dans les Laurentides. Sinon, j'ai acheté des billets pour The Maids, une pièce de Jean Genet dans laquelle jouent Cate Blanchett et Isabelle Huppert au Lincoln Center de New York. Les billets étaient bloqués pendant un mois, et j'étais tellement énervé que j'en ai acheté quatre! D'habitude, Madame est jouée par une femme plus âgée, mais très bourgeoise et cette fois, c'est un top modèle de 18 ans. Le décalage fait encore plus mal!

Q : La trame sonore de ton été?

R : Je suis accro à Do It Again de Robyn. J'ai un peu honte, car je trouve les paroles un peu niaiseuses. C'est de la pop très simple, mais je ne peux pas m'empêcher de l'écouter en boucle. Sinon, j'aime beaucoup Peter Peter.

Q : Ta sortie incontournable de l'été?

R : J'aimerais emmener ma nièce aux glissades d'eau. Elle a 2 ans, est-ce que c'est trop tôt? Je vais aussi souvent dans le Maine pour une petite escapade.

Q : Es-tu plus camping sauvage ou été en ville?

R : Chalet avec un lit douillet et matelas en mousse à mémoire!

Q : Ta destination soleil préférée?

R : Je vais depuis des années à Cayo Largo, une île en face de La Havane. Ils n'ont pas le droit d'y construire de gros hôtels, et ça attire une belle faune. C'est la seule île où il y a des tout-inclus mais où tu peux marcher trois heures sur la plage sans croiser personne.

Q : Ta lecture pour l'été?

R : Je suis en train de lire l'autobiographie de Morrissey, le chanteur du groupe The Smiths dont je suis un grand fan depuis l'âge de 15 ans. Il a continué en solo, il a 56 ans et je l'ai vu l'an dernier en concert. C'est une brique où il parle de toutes les tounes qu'il a écrites.

Q : Ton cocktail estival?

R : J'aime bien le Negroni. C'est du Campari avec du Club soda, et parfois un peu de Jagermeister. C'est un drink des années 50 très amer.

Q : Ton premier amour d'été?

R : J'étais parti à 14 ans en Europe avec une amie à moi, Nathalie, avec qui je faisais du théâtre. Nous sommes allés à Amsterdam. J'avais en moi ce sentiment de m'ouvrir au monde et, en même temps, d'être un peu amoureux d'elle. Tout était un peu flou. Il ne s'est rien passé, mais le sentiment était là. On vivait quelque chose pour la première fois ensemble.

Q : Ton plus beau souvenir de vacances d'été?

R : C'était à Hawaii, un été où on ne tournait pas Tout sur moi. Je suis parti avec, en tête, ce fantasme romantique des films d'Elvis à Hawaii. On a fait le tour en voiture, et je me sentais totalement humble devant la beauté de la nature.

Q : Ton plus beau souvenir de théâtre en été?

R : L'été passé, je suis allé jouer Incendies à Beyrouth avec la distribution originale de la pièce. J'ai habité là quand j'avais de 9 à 11 ans. J'ai retrouvé sans le savoir le Café de Paris où j'allais avec mes parents. Le public libanais pleurait et nous remerciait. C'était incroyable.

Peau d'ours, au Petit Théâtre du Nord du 18 juin au 22 août.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer