Béton sans ciment, vaccins pour animaux et moteurs d'avion

Mehrdad Mahoutian et Chris Stern, cofondateurs de Carbicrete,... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Mehrdad Mahoutian et Chris Stern, cofondateurs de Carbicrete, cherchent à commercialiser un béton qui ne requiert pas de ciment.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Universités et entreprises
Universités et entreprises

Des savants québécois réalisent des pas de géant dans leurs domaines de recherche en jumelant leurs efforts à ceux d'entreprises spécialisées. »

Martin Primeau

Collaboration spéciale

La Presse

Des chercheurs universitaires québécois travaillent avec l'industrie pour transformer leurs recherches en impacts concrets. Du béton sans ciment aux moteurs d'avion plus légers en passant par des vaccins vétérinaires, voici trois cas qui font école.

Carbicrete : du béton sans ciment 

Les cimenteries de la planète produisent annuellement des millions de tonnes de gaz à effet de serre. Pour offrir une solution de rechange moins polluante à l'industrie de la construction, Mehrdad Mahoutian, cofondateur de Carbicrete, a mis au point un béton qui ne requiert pas de ciment dans le cadre de recherches effectuées à l'Université McGill. Son groupe remplace plutôt le ciment par des scories, des sous-produits de l'industrie de transformation des métaux. Il catalyse ensuite la formation de béton en injectant du gaz carbonique au mélange de sable et de scories. « Aucune chaleur n'est nécessaire, explique Chris Stern, cofondateur de Carbicrete. En plus, le béton qu'on obtient est 30 % plus résistant à la compression que ce qui se fait actuellement. » L'entreprise a été sélectionnée parmi 23 demi-finalistes au concours NRG COSIA Carbon, une compétition internationale encourageant le développement de technologies qui réutilisent le gaz carbonique. L'entreprise s'est associée à la québécoise CO2 Solutions pour cette compétition.


Prevtec Microbia : vaccins de santé animale

Prevtec Microbia est née en 2003 du travail de chercheurs de l'Université de Montréal, et depuis, elle n'a jamais vraiment coupé les ponts.

Éric Nadeau, VP Affaires scientifiques chez Prevtec Microbia.... - image 4.0

Agrandir

Éric Nadeau, VP Affaires scientifiques chez Prevtec Microbia. Photo: Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

L'entreprise a mis au point jusqu'ici trois vaccins vétérinaires qu'elle commercialise dans 40 pays. Elle collabore depuis trois ans avec le chercheur Marcelo Gottschalk, de l'Université de Montréal, pour développer un vaccin susceptible de protéger les porcelets d'infections bactériennes mortelles. Un autre vaccin, ciblant le secteur aviaire, est quant à lui fabriqué conjointement avec l'Institut national de la recherche scientifique (INRS). L'entreprise cherche aussi à mettre au point un test diagnostique avec l'aide de chimistes de l'Université de Montréal. « Nos collaborations touchent à toutes les étapes du développement d'un produit, de la caractérisation de protéines au développement de produits », explique Éric Nadeau, vice-président aux affaires scientifiques chez Prevtec Microbia.

Polytechnique Montréal : moteurs d'avions plus légers

On ne compte plus le nombre de collaborations qui associent des chercheurs universitaires à l'industrie aérospatiale.

Eduardo A. J. Ruiz, professeur a Polytechnique Montréal... - image 6.0

Agrandir

Eduardo A. J. Ruiz, professeur a Polytechnique Montréal et directeur de la chaire de recherche CRSNG/Safran sur les materiaux composites en aérospatiale. Photo: Invanoh Demers, La Presse

Le cas d'Eduardo Ruiz, professeur à Polytechnique Montréal, en fait partie. Son équipe et lui ont participé au cours des cinq dernières années au développement du moteur LEAP conçu par Safran et General Electric. « Ce sont des moteurs qui incorporent plusieurs pièces en fibre de carbone et en matériaux composites pour les rendre plus légers, explique l'ingénieur. On a développé les procédés de fabrication de ces pièces et réduit le coût de production de 30 % en moyenne. » Les moteurs LEAP équipent déjà les avions A320Neo d'Airbus et les Boeing 737 Max. Grâce aux pièces en matériaux composites qu'on y retrouve maintenant, ils sont plus légers de 500 kg comparativement à des modèles similaires, selon le chercheur.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer