Philanthropie : entreprises, collaborer plutôt que faire des dons

De 3 milliards en 2008, les dons de... (PHOTO ÉRICK LABBE, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

De 3 milliards en 2008, les dons de bienfaisance du Québec sont passés aujourd'hui à 2,4 ou 2,5 milliards. Un manque à gagner de quelque 500 millions.

PHOTO ÉRICK LABBE, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

L'époque où une entreprise présentait un beau gros chèque à un organisme de bienfaisance est révolue. De nos jours, les PME et les grandes entreprises s'y prennent différemment pour faire le bien autour d'elles. Commandites, bénévolat, activités à grand déploiement sont autant de tendances qui sont en train de redessiner la philanthropie de demain à un moment où l'État québécois s'apprête à sabrer le filet social.

Cette redéfinition de la philanthropie survient également à un moment où la valeur des dons est dans un creux depuis la crise financière. De 3 milliards en 2008, les dons destinés aux institutions et aux organismes de bienfaisance du Québec se situent aujourd'hui entre 2,4 et 2,5 milliards. Un manque à gagner de quelque 500 millions.

«Il y a moins d'argent de disponible, mais plus d'organismes qu'il y a six ans, explique Daniel Asselin, président de la firme Épisode et coauteur d'une étude sur les tendances en philanthropie au Québec. Par conséquent, les organismes qui réussissent à amasser plus d'argent que l'année précédente arrachent cet argent à d'autres organismes.»

Une culture à développer

Selon Danielle Poulin, membre du comité exécutif de l'Association des professionnels en gestion philan- thropique, la nouvelle tendance est «de participer plutôt que de donner». «De moins en moins de grandes entreprises font de grands dons, explique-t-elle. Elles vont plus agir dans un contexte de collaboration.»

Les entreprises agiront désormais comme vecteur, dit en substance Danielle Poulin. «La tarte des dons corporatifs n'augmente pas, dit-elle. L'argent est dans les mains des individus. Or, comme l'État est en décroissance, on a une culture philanthropique à développer au Québec. Avec une population à peine 30% plus nombreuse que la nôtre, la philanthropie en Ontario récolte quatre fois plus d'argent.»

«Les gens donnent, mais ils attendent quelque chose en échange, explique Diane Derome, directrice de la Fondation Desjardins. Il ne suffit plus de toucher les gens; il doit y avoir un effet d'entraînement. L'Ice Bucket Challenge, Movember, le Défi Pierre Lavoie, les compétitions sportives, ce genre d'événement a de plus en plus la cote. Nous sommes sensibles à cela.»

Par le truchement de sa fondation, mais plus particulièrement de ses caisses, Desjardins verse quelque 60 millions par année en bourses, commandites et autres dons, ce qui en fait l'entreprise la plus généreuse du Québec.

À cet égard, la Banque Nationale ne se contente effectivement plus de faire des dons en argent sonnant. En avril dernier, une plateforme a été créée sur son intranet afin de comptabiliser les heures de bénévolat effectuées par les employés de la banque auprès de divers organismes.

Par la suite, la BN remet un chèque de 250$ à un organisme où l'un de ses employés a fait 40 heures de bénévolat. Et pour chaque heure de bénévolat, la banque verse 1$ dans une cagnotte dont va profiter un organisme jeunesse qu'il reste à choisir. L'objectif est de 100 000 heures, explique Véronique Lettre, directrice principale image de marque et présence dans la communauté.

Chez Deloitte, octobre est, depuis 2012, le «Mois national du partage». Le coup d'envoi de cette période intense de philanthropie prend la forme de la «Journée impact», au cours de laquelle les quelque 8000 employés de Deloitte au Canada font du bénévolat (peinture, nettoyage, tri de denrées dans une banque alimentaire, etc.) ou offrent des ateliers gratuits de gestion à un OBNL.

Responsabilisation sociale

Ce type d'intervention «sur le terrain» profite à tout le monde, croit Martin Goyette, directeur développement des dons et partenariats pour le Québec au Club des petits déjeuners. La tendance qu'il observe ces temps-ci est la mobilisation des employés par le truchement de la responsabilisation sociale. «C'est une formule gagnant-gagnant-gagnant, dit-il. Dans notre cas, les enfants en bénéficient, le Club des petits déjeuners en bénéficie, mais aussi les entreprises donatrices, car cela solidifie les liens entre les employés.»

Même si personne n'ose l'admettre, Daniel Asselin, de la firme Épisode, croit que la philanthropie devient intéressée en période de ralentissement économique.

«Les entreprises investissent dans leur image. Elles veulent rentabiliser leur commandite. D'ailleurs, elles se tournent plus vers la commandite que le don pur», explique celui qui ne se gêne pas pour parler «d'industrie de la philanthropie». «C'est un milieu très compétitif; les gens ont peur de le dire», soutient-il.

La philanthropie québécoise en chiffres

Les dons en argent et en biens faits par les entreprises québécoises ont frôlé les 900 millions annuellement de 2010 à 2012.

2010 /2011 /2012

Dons (L253) /812 272 940$ /825 274 038$ /869 098 095$

Dons de biens (L255) /57 898 954$ /14 065 600$ /6 801 360$

Total /870 171 894$ /839 339 638$ /875 899 455$

Source: Statistiques mensuelles des contribuables et des mandataires (SMCM), Revenu Québec

Moins généreuses, les PME?

Environ 57% des PME québécoises investissent moins de 0,25% de leurs profits avant impôts dans la communauté par l'entremise d'OBNL. Ce pourcentage ne représente qu'une très faible partie de leurs bénéfices, ce qui laisse place à davantage de développement philanthropique.

Il en va autrement dans les grandes entreprises. Environ 31% d'entre elles investissent entre 1 et 2% de leurs profits dans la communauté en contribuant à des organismes de bienfaisance.

Source: Étude sur les tendances en philanthropie au Québec en 2014

Les causes préférées

Les grandes entreprises accordent avant tout leur soutien au secteur de la santé; 75% d'entre elles y contribuent financièrement. Les deux autres secteurs qui profitent le plus de la générosité de ces donateurs sont l'éducation ainsi que l'enfance et la jeunesse.

Les services communautaires locaux, l'enfance et la jeunesse ainsi que la santé sont les trois secteurs les plus soutenus par les PME québécoises. Il en va de même pour les donateurs sur une base individuelle.

Source: Étude sur les tendances en philanthropie au Québec en 2014

Soupers, golf et défis sportifs

Les activités-bénéfice qui demeurent les plus populaires auprès des PME sont, par ordre d'importance: les soupers-bénéfice, les défis sportifs (course, vélo, marche), les tournois de golf, les spectacles-bénéfice et les activités de défi, comme Movember, le Défi têtes rasées, etc.

Auprès des grandes entreprises, les défis sportifs (course, vélo, marche) viennent en tête, suivis des soupers-bénéfice, des tournois de golf et des spectacles-bénéfice. Étonnamment, les bals et les galas sont plus prisés que les activités de défi (Movember, Défi têtes rasées, etc.).

Source: Étude sur les tendances en philanthropie au Québec en 2014




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Philanthropie

    Portrait de la relève philanthropique

    Autrefois associée à l'élite et à la richesse, la philanthropie se démocratise. Avec de l'énergie, du temps à donner et des idées plein la tête, la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer