ArcelorMittal: des agrandissements projetés si...

Éric Tétrault, directeur des communications et affaires publiques... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Éric Tétrault, directeur des communications et affaires publiques d'ArcelorMittal Mines Canada.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Riverin

Collaboration spéciale

La Presse

Après une expansion qui a presque doublé sa capacité de production de concentré de fer, ArcelorMittal projette encore d'agrandir ses complexes d'extraction et de bouletage de minerai de fer au Québec.

En 2011, la multinationale de l'acier a annoncé un investissement de 2,1 milliards pour faire passer la capacité de production du Mont-Wright-Fire-Lake, à Fermont, de 14 à 24 millions de tonnes par année. Ce volet du programme s'est terminé avec succès en 2013.

«L'expansion à elle seule ne suffira pas à nous maintenir concurrentiels à l'échelon mondial. D'ici deux ou trois ans, il nous faut aussi des gains substantiels dans la gestion et l'exploitation», explique Éric Tétrault, directeur des communications et affaires publiques d'ArcelorMittal Mines Canada.

Selon lui, l'accès au gaz naturel sur la Côte-Nord et des tarifs d'électricité plus avantageux permettront d'améliorer la rentabilité des exploitations actuelles et, qui sait, de relancer d'autres projets.

L'entreprise pourrait même aménager ses installations portuaires de Port-Cartier pour accueillir la livraison de gaz naturel par bateau, pourvu que les gouvernements investissent aussi. Cette solution donnerait également des résultats plus rapides.

Rappelons que l'annonce de 2011 incluait aussi un volet de quelques centaines de millions pour l'expansion du secteur bouletage, lequel a été mis sur la glace à la fin de 2012.

En outre, la multinationale soupèse aussi la possibilité de hausser la capacité du complexe de Fermont à 30 millions de tonnes de concentré par année, à un coût de capital très attrayant.

Toutefois, le Québec n'est pas le seul dans la course pour attirer l'investissement. M. Tétrault rappelle que des pays nordiques comme la Suède et la Norvège, qui ont des régimes politiques sociaux-démocrates, se sont hissés aux premiers rangs du classement de l'Institut Fraser. Récemment, le Québec, lui, a glissé au 21e rang. «Il y a sûrement quelque chose qu'ils comprennent et que nous ne sommes pas parvenus à comprendre», ajoute-t-il.

Mont-Wright-Fire-Lake, à Fermont

> Activités: extraction et bouletage de minerai de fer

> Production record de tonnes de concentré: 18 millions

> Capacité prévue: 24 millions

> Réduction visée du coût unitaire d'ici la fin de 2014 par rapport à 2012: 20%




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer