Une centaine de projets en Chine

Malaka Ackaoui, présidente et cofondatrice de WAA, qui... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Malaka Ackaoui, présidente et cofondatrice de WAA, qui vient de participer à la transformation du monastère des Augustines de Québec avec la firme d'architecte ABCP.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Théroux

Collaboration spéciale

La Presse

La firme d'architecture de paysage WAA (Williams, Asselin, Ackaoui et associés) laisse son empreinte au Québec depuis près de 30 ans. Mais l'entreprise montréalaise fait aussi sa marque en Chine, où elle a ouvert un bureau en 2004 et réalisé une centaine de projets de parcs et de design urbain.

QUOI DE NEUF

L'aménagement de la Promenade Samuel-de-Champlain le long du Saint-Laurent, à Québec, le jardin des Premières-Nations du Jardin botanique de Montréal, les habitats naturels du Biodôme de Montréal : voilà autant de lieux qui portent la signature de WAA, créée en 1986. Sans oublier la plage du parc Jean-Drapeau, récemment baptisée officiellement de son surnom de plage « Jean-Doré », qui s'est avérée le fer de lance de la firme. « À l'époque, c'était un projet novateur d'utiliser des bassins filtrants naturels au lieu du chlore », souligne Malaka Ackaoui, présidente et cofondatrice de WAA, qui vient de participer à la transformation du monastère des Augustines de Québec avec la firme d'architecte ABCP.

L'ÉLÉMENT DÉCLENCHEUR

Montréal et Shanghai entretiennent une relation d'amitié depuis très longtemps. Sous l'impulsion de Pierre Bourque, ancien maire et directeur du Jardin botanique de Montréal, le jumelage entre les deux villes a mené entre autres à la création du Jardin de Montréal au parc du Centenaire à Shanghai et du Jardin de Chine à Montréal. En 1999, le Service des parcs de la Ville de Shanghai avait demandé à la Ville de Montréal de participer à une compétition internationale pour l'aménagement du parc Yanan Zhong Lu. « Comme ce n'était pas dans son mandat, la Ville nous a informés du concours et nous avons décidé d'y participer », explique Mme Ackaoui.

Cette compétition, remportée par WAA devant des concurrents chinois et japonais, lui a ouvert les portes de la Chine, qui génère aujourd'hui 50 % de ses revenus. Après la réalisation du parc Yanan, ce poumon de Shanghai qui s'étend sur 23 hectares d'espaces verts au coeur de la ville, la firme a aussi remporté le concours pour l'aménagement du parc Xujiahui, un autre espace vert de 10 hectares conçu sur un terrain industriel désuet dans la concession française de la ville. 

« On se distingue par nos façons de faire. On ne travaille pas par archétypes. Au début, quand on présentait des projets en Chine, on nous demandait où on avait vu le concept. Les Chinois, qui voyagent de plus en plus, essaient de reproduire ce qu'ils voient à l'étranger. Mais nos projets sont originaux. » - Malaka Ackaoui, présidente et cofondatrice de WAA

« Avant même la forme, poursuit Mme Ackaoui, c'est la compréhension d'un projet qui nous guide, en respectant la culture du pays ou d'un lieu. » La conception du parc Yanan, par exemple, fait référence à la relation historique de la ville avec la mer et une ancienne rivière qui traversait jadis ce lieu. Le parc Xujiahui a été conçu en y préservant une grande cheminée, témoin de l'ère industrielle de Shanghai et de la contribution de générations de travailleurs à la croissance de la ville.

STRATÉGIE

La firme réalise une dizaine de projets annuellement dans ce pays. « La Chine a connu une forte période de croissance et d'urbanisation au cours des dernières années qui s'est accompagnée d'une volonté de créer des espaces verts », constate Mme Ackaoui. En 20 ans, les espaces verts à Shanghai sont passés de 1 m2 à plus de 13 m2 par habitant.

WAA, dont la notoriété lui permet désormais d'obtenir des mandats sans passer par l'étape des concours, profite de cet engouement. Ses activités professionnelles s'étendent aujourd'hui aux quatre coins de la Chine où elle réalise non seulement des parcs, mais aussi des projets à vocation commerciale et résidentielle.

En 2004, WAA a décidé d'ouvrir un bureau à Shanghai. « Les Chinois nous ont dit qu'il fallait avoir un pied-à-terre si nous voulions obtenir davantage de contrats », explique Mme Ackaoui, en précisant que cette antenne est supervisée par Vincent Asselin, l'un des associés fondateurs. L'équipe chinoise, initialement constituée de 4 personnes, compte aujourd'hui 20 des 50 employés de la firme. Sa présence en Chine a aussi été motivée par la plus grande complexité de gérer des projets à distance.

ANECDOTE

L'emplacement d'un théâtre gênait la réalisation du parc Yanan Zhong Lu de Shanghai. « Il n'était pas bien situé, mais on ne pouvait pas faire autrement. » Or, quelques jours plus tard, des employés chinois avaient installé des structures sous le théâtre et aménagé des rails pour le déplacer ailleurs sur le terrain et ainsi faciliter l'aménagement du parc.

EN CHIFFRES

12,5 milliards Valeur des exportations (2,8 milliards) et importations (9,7 milliards) entre le Québec et la Chine en 2014, en hausse de 7,7 % par rapport à 2013.

PRINCIPALES EXPORTATIONS DU QUÉBEC

- Concentrés de minerai de fer (761,1 millions)

- Avions, hélicoptères et véhicules aériens (325,9 millions)

- Turboréacteurs, turbopropulseurs, turbines à gaz (136,6 millions).

PRINCIPALES IMPORTATIONS AU QUÉBEC

- Ordinateurs (877,7 millions)

-  Appareils téléphoniques (326,5 millions)

-  Malles et valises (273,6 millions). 

Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer