Qu'ont en commun les céréales, le thé, le café, le chocolat, les légumes, les fruits et les noix?

Publié le 27 mars 2013
Jacinthe Côté, collaboration spéciale LA PRESSE

Ils contiennent tous des concentrations importantes d'acides phénoliques (acides benzoïque et hydroxycinnamique) et de flavonoïdes (anthocyanes, flavanols, flavonol, tannins).

Au départ, on croyait que la principale propriété de ces composés était de neutraliser les radicaux libres dommageables pour les organismes vivants - ce qu'on appelle l'effet antioxydant. Les radicaux libres sont des composés réactifs qui émanent naturellement des activités métaboliques et immunitaires des organismes vivants, pour produire de l'énergie ou pour lutter contre les infections bactériennes. La fumée de tabac et l'environnement (pollution atmosphérique, rayons ultraviolets et certains métaux lourds et déchets toxiques) sont d'autres importantes sources de radicaux libres. De nature instable, ces composés contribueraient aux problèmes de santé (cancer, maladies cardiovasculaires, cataractes, maladie de Parkinson, arthrite, etc.) en endommageant les membranes des cellules et les molécules d'ADN formant notre code génétique.

Au-delà de l'effet antioxydant

Après plusieurs années de recherche, force est d'admettre que notre capacité à absorber les composés phénoliques est très limitée. C'est pourquoi il faut compter sur la saine activité de notre flore microbienne intestinale pour en retirer les pleins bénéfices. De plus, on reconnaît maintenant que leur pouvoir antioxydant est beaucoup moins important qu'on le pensait. Ils agiraient sur l'organisme en influençant plutôt les cascades de réactions qui assurent la communication entre les cellules et qui dictent la croissance, la prolifération et la mort (apoptose) cellulaire.

Les composés phénoliques favoriseraient la santé cardiovasculaire en maintenant l'intégrité des tissus vasculaires (artères, vaisseaux, capillaires). Il a été démontré qu'ils contribuent à garder les artères détendues (vasodilatation) et empêchent les plaquettes de s'agglutiner pour former un caillot. Ils ont aussi un effet anti-inflammatoire et empêchent la prolifération des cellules musculaires qui entourent les artères, ce qui prévient l'apparition et la progression de l'athérosclérose.

Finalement, les composés phénoliques contribueraient à assurer le bon fonctionnement des mitochondries, les minuscules fournaises de nos cellules, dont le dérèglement serait à la base du développement du syndrome métabolique, des cancers inflammatoires, des maladies d'Alzheimer et de Parkinson, etc.

Si vous souhaitez augmenter votre apport alimentaire en composés phénoliques, vos meilleurs choix se situeront dans les allées des fruits et légumes, des noix et des produits céréaliers de votre magasin d'alimentation. Rappelez-vous que, règle générale, les fruits et les légumes de couleur foncée contiennent des concentrations plus importantes de composés phénoliques. Les produits céréaliers faits à base d'ingrédients peu transformés sont aussi une meilleure source de ces nutriments, comparés à ceux faits à partir d'ingrédients très raffinés.

Vous avez des questions? sante@lapresse.ca

Diététiste passionnée, Jacinthe Côté travaille en agroalimentaire depuis près de 15 ans. Elle a étudié les effets de la transformation sur les composés actifs du sirop d'érable et les propriétés santé de la canneberge.