Plus tôt cette année, une étude australienne portant sur 1000 femmes a conclu que le risque de dépression est accru à la fois chez les femmes qui mangent très peu de viande rouge et chez celles qui en mangent beaucoup, par rapport à celles qui en consomment modérément.

Mis à jour le 23 janv. 2013
Mathieu Perreault LA PRESSE

Une autre étude, californienne, conclut que plus le régime d'une femme comporte de la viande rouge et de la restauration rapide, plus elle est à risque d'avoir des sentiments négatifs. Menée par des chercheurs mormons auprès de 9000 de leurs coreligionnaires, l'étude n'a pas observé cet effet chez les hommes. Un régime méditerranéen, par contre, a un effet affectif positif chez les deux sexes.