Le sirop d'érable, une institution au Canada, possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes similaires à celles que possèdent les myrtilles, le thé vert et d'autres «super-aliments» du genre, révèle une étude scientifique.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous avons découverts que plusieurs éléments (du sirop d'érable) possèdent des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires que l'on a déjà vus agir contre le cancer, des diabètes et des maladies bactériologiques», écrit Navindra Seeram, professeur à l'université du Rhode Island (est des États-Unis) qui a dirigé cette étude.

Les polyphénols de ce jus doré pourrait également participer à maintenir le taux de sucre dans le sang des diabétiques en inhibant les enzymes en cause, a ajouté le chercheur.

En tout, les scientifiques, qui ont décortiqué du sirop d'érable québécois, ont identifié 54 éléments bienfaisants, dont cinq totalement inconnus. L'un d'entre eux a été baptisé quebecol en honneur du Québec, plus gros producteur mondial de cette sève.

Les nouvelles molécules découvertes pourraient entraîner les chimistes à créer de nouveaux remèdes contre d'autres maladies.

Ces résultats ont été présentés cette semaine lors de la rencontre annuelle de l'Americain Chemical Society, en Californie, et doivent être publiés dans le prochain numéro du Journal of Functionnal Foods.

L'étude a été financée par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec et par le ministère canadien de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.