(Calgary) La Canadienne Isabelle Weidemann a dû se retirer de la Finale de la Coupe du monde de patinage de vitesse de l’ISU qui aura lieu en fin de semaine aux Pays-Bas à la suite d’un test positif à la COVID-19.

Publié le 10 mars
La Presse Canadienne

Patinage de vitesse Canada en a fait l’annonce par voie de communiqué en fin d’après-midi, jeudi.

L’athlète originaire d’Ottawa a subi plusieurs tests au cours de la dernière semaine. Toutefois, ses valeurs Ct, qui servent à déterminer le niveau de contagion, n’ont pas retrouvé un niveau qui lui permettrait de voyager et de s’intégrer à la bulle de protection qui est en place à Heerenveen.

La patineuse de 26 ans devait disputer les épreuves féminines du 1500 mètres et du 3000 mètres à l’occasion de la dernière compétition de la saison à l’échelle internationale.

Elle occupe présentement le premier rang au classement général de la Coupe du monde dans les distances de fond après avoir remporté trois médailles d’argent sur le circuit à l’automne.

Weidemann s’est aussi distinguée aux Jeux olympiques de Pékin en récoltant trois médailles : l’or en poursuite par équipe, l’argent au 5000 mètres et le bronze au 3000 mètres.

Ses exploits à Pékin lui ont valu d’être choisie à titre de porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture, tenue le 20 février dernier.

Weidemann a accepté ce mauvais coup du sort avec sérénité.

« Je suis déçue de rater cette dernière compétition de la saison, mais je ne peux m’empêcher de me considérer comme une personne qui est remarquablement chanceuse. J’ai eu l’occasion de concourir cet automne sur le circuit de la Coupe du monde ainsi qu’aux Jeux olympiques ; ce sont deux expériences formidables et je ne les tiens pas pour acquises », a réagi Weidemann, par le biais du communiqué de Patinage Vitesse Canada.

« J’ai évité la COVID durant les deux dernières années, mais compte tenu de tous les déplacements que nous faisons, je savais qu’il finirait bien par y avoir un test positif un jour ou l’autre. Je suis triste de devoir m’absenter en fin de semaine, mais il ne fait aucun doute que je vais encourager mes coéquipières et mes coéquipiers de chez moi. »