La Québécoise Marie-Michèle Gagnon démarre l’année en force avec un record personnel dans l’épreuve de descente. La skieuse de Lac-Etchemin a terminé en cinquième position, à Zauchensee, en Autriche, samedi.

Publié le 15 janvier
Nicholas Richard La Presse

L’athlète de 32 ans a réalisé toute une performance, dans une course extrêmement serrée. Arborant le dossard numéro 10, Gagnon a dévalé la pente en 1 min 46,46 s, soit 16 centièmes derrière sa rivale en quatrième position et à 24 centièmes d’une place sur le podium.

« C’est fantastique, j’aime vraiment ça et j’ai toujours eu de belles sensations sur cette piste ! C’est très technique, et il faut savoir où on s’en va », a souligné Marie-Michèle Gagnon, en entrevue avec Sportcom.

Elle poursuit sur les bases qu’elle avait établies en début de saison. Elle continue de progresser et de bien performer, et son résultat de samedi est assez évocateur.

La neige était super belle, et les conditions n’ont jamais été aussi bonnes. J’avais déjà eu un bon feeling ici, peut-être que le fait que ce soit un peu plus technique fait en sorte que mon passé en épreuves techniques m’aide aussi.

Marie-Michèle Gagnon

Il s’agit de son troisième top 10 en sept courses depuis le début de la saison, après ses deux neuvièmes positions à Lake Louise en descente et en super-G, au début du mois de décembre. « Au début de la saison, j’ai essayé d’aller chercher le podium plutôt que de m’écouter et de viser la progression. Comme si j’essayais d’aller chercher le résultat au lieu de le laisser venir », a-t-elle précisé.

C’est aussi sa meilleure performance à une compétition officielle de la Coupe du monde depuis sa troisième place au super-G de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, le 30 janvier 2021. Gagnon est maintenant au 31rang du classement général et au 12rang en descente.

Crainte de la COVID-19

Gagnon a réalisé cette prestation après des moments d’inquiétude liés à sa santé, au début de janvier, au retour d’une brève escale de huit jours au Québec.

« Je suis retournée chez moi pendant les Fêtes, et après, en revenant en Europe, je suis tombée vraiment malade. J’avais peur d’avoir la COVID parce que ça se propage quand même beaucoup », a raconté Gagnon lors d’une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne samedi midi.

Après 12 tests négatifs, ce n’était pas la COVID, c’était la grippe, mais c’était une bonne grippe. Ça m’a mise vraiment sur le dos. Et même avant de faire les courses ici, j’ai fait des tests médicaux, juste pour être sûre que tout était correct parce que ça prenait du temps avant que l’énergie revienne.

Marie-Michèle Gagnon

La dernière compétition officielle de Gagnon remontait au 19 décembre. Depuis, elle n’avait que très peu skié. En revanche, elle renouait avec une piste où elle conserve de beaux souvenirs. C’est là qu’elle a inscrit sa première victoire en Coupe du monde, en 2014.

« Le premier entraînement s’est bien passé. J’ai eu un bon feeling sur la piste et, [vendredi], on a essayé des skis un peu différents, et ç’a moins bien marché. Aujourd’hui, c’était comme si je n’avais rien à perdre. Ce n’est pas comme si j’avais gagné les deux entraînements et qu’il y avait, tout d’un coup, de la pression. Je pouvais juste skier comme je le sais et voir ce que ça donne », a raconté Gagnon.

Les semaines qui suivent s’annoncent chargées pour l’athlète avec un super-G au même endroit, dimanche, suivi de programmes doubles, descente et super-G, lors des deux prochains week-ends, d’abord à Cortina d’Ampezzo, puis à Garmisch-Partenkirchen.

PHOTO MARCO TROVATI, ASSOCIATED PRESS

Lara Gut-Behrami

Lara Gut-Behrami de retour au sommet

La Suissesse Lara Gut-Behrami a été l’une des premières skieuses à contracter la COVID-19 il y a quelques semaines. La championne en titre du globe de cristal en super-G n’a pas perdu de temps à se remettre en marche avec une deuxième victoire cette saison, une première en descente.

Elle n’avait pas obtenu les résultats escomptés en début de saison à Lake Louise avec une 17e et une 23position, mais voilà que la Suissesse s’est bien reprise à quelques semaines des Jeux olympiques.

Il faut dire que la saison 2022 est marquée par la domination de Sofia Goggia. L’Italienne n’a toutefois pas été en mesure de terminer la course de samedi en raison d’une chute assez grave. Heureusement, la médaillée d’or olympique a été capable de se relever et de marcher par elle-même. La meneuse au classement en descente et en super-G a déjà cinq victoires cette saison en 15 courses, dont trois en descente.

Le podium a finalement a été complété par l’Allemande Kira Weidle et l’Autrichienne Ramona Siebenhofer.

Avec Sportcom et La Presse Canadienne