Une page s’est tournée dans le monde du patinage de vitesse cette fin de semaine : Charles Hamelin a fait ses adieux au circuit de la Coupe du monde.

Mis à jour le 28 nov. 2021
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

142.

C’est le nombre de médailles que Charles Hamelin, un des patineurs les plus décorés de l’histoire, a remportées sur le circuit de la Coupe du monde au fil de ses 19 années dans l’équipe nationale. Du nombre, 84 (37 d’or, 21 d’argent et 26 de bronze) ont été récoltées sur des distances individuelles.

La retraite pointe à l’horizon pour l’athlète de 37 ans, qui prévoit accrocher ses patins à l’issue des Championnats du monde de Montréal, en mars prochain. Il s’est assuré de finir sa dernière Coupe du monde, à Dordrecht, aux Pays-Bas, en beauté en remportant la médaille d’argent au relais masculin, aux côtés de Pascal Dion, Steven Dubois et Maxime Laoun. Il s’en est suffi de 23 petits millièmes de seconde pour qu’ils décrochent la première place.

« C’était vraiment un week-end super le fun. C’était vraiment cool du jeudi au dimanche », a lancé Hamelin en conférence de presse, dimanche après-midi.

« J’ai essayé de respirer lentement et de regarder autour de moi pour vraiment m’imbiber de l’énergie de la compétition, a-t-il expliqué. C’était vraiment ma dernière. C’est une belle place ici, à Dordrecht. »

J’ai eu de superbes compétitions dans le passé et j’ai fini sur une super belle note avec la médaille d’argent. Je voulais juste revenir avec des souvenirs incroyables de cette place-là, de ce moment-là.

Charles Hamelin

Samedi soir, le personnel et les patineurs de l’équipe canadienne avaient organisé une petite fête à l’interne, question de souligner ses exploits sur le circuit, même s’il reste encore deux grosses compétitions d’ici là. Ses coéquipiers ont lu des discours afin de relater certaines anecdotes à son sujet. Des gâteaux avaient aussi été préparés.

« On a eu une super belle soirée », a indiqué le principal intéressé.

« J’ai dit un petit mot à l’équipe pour les remercier d’être qui ils sont. Je suis vraiment fier de faire partie de l’équipe encore maintenant, avec eux. C’était une ambiance incroyable. »

Cap sur les Jeux olympiques

Charles Hamelin n’a pas remporté de médailles individuelles au cours des quatre épreuves de la Coupe du monde de la saison, mais il ne s’en fait pas plus que ça.

« J’étais vraiment sharp dans tout ce que je faisais. Les courses que j’ai faites m’ont vraiment mis en confiance sur ce que j’étais capable de faire, même encore à l’âge où je suis rendu. »

Je suis encore capable de compétitionner avec n’importe qui et de gagner n’importe quelle course. Il y a des situations qui sont arrivées où je n’ai pas eu les résultats que je voulais dans les courses que j’ai faites. Mais ce n’est pas là l’important. C’est dans quelques mois que ça va se passer.

Charles Hamelin

Dans quelques mois, oui, quand il participera à ses cinquièmes Jeux olympiques.

« C’est dommage parce que ça n’a pas concrétisé les deux dernières fins de semaine, mais je pense que [Charles] est réellement en forme, a affirmé l’entraîneur Sébastien Cros. Il a tout donné avec les gars pour le relais. Je pense qu’il prend vraiment du plaisir. Ce qui est le fun, c’est que tout le monde a bien conscience que ça tire à sa fin, donc ils profitent de Charles pour prendre son expérience. »

Trois médailles pour Boutin

Kim Boutin a été flamboyante à cette dernière épreuve de la saison. En plus d’avoir mis la main sur l’or au 500 m samedi, elle a décroché l’argent au 1000 m dimanche. La Sherbrookoise (1 min 28,510 s) menait le groupe dans les deux derniers tours, mais elle s’est fait dépasser de l’intérieur par la Coréenne Minjeong Choi (1 min 28,417 s) dans le dernier virage. La Néerlandaise Suzanne Schulting (1 min 28,666 s) a pris le troisième rang.

« D’aller retrouver un peu de confiance sur [le 1000 m], ça m’a fait du bien, a-t-elle soutenu. J’ai retrouvé la Kim qui aime courser devant et qui a des jambes jusqu’à la fin. »

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Kim Boutin

L’athlète de 26 ans était aussi de l’équipe canadienne pour le relais féminin, qui s’est emparée de l’argent un peu plus tard dans la journée.

L’entraîneur Sébastien Cros n’était pas du tout étonné des résultats de Boutin, même s’il reste encore du travail à faire avec elle dans l’optique où l’objectif est de remporter une médaille d’or à Pékin.

« Elle a beaucoup travaillé sur sa vitesse de pointe, son relâchement, tout ce qui est exécution technico-tactique, a-t-il fait valoir. Ça a vraiment été un gros travail et ça a fini par payer, donc je pense qu’elle a vraiment évolué sur sa façon de courser. »

La Néo-Brunswickoise Courtney Sarault, qui a récolté une médaille d’argent samedi au 1500 m, a pris le quatrième rang en finale du 1000 m.

Pascal Dion revient décoré

Chez les hommes, Pascal Dion est l’un de ceux qui ont excellé sur les patinoires au cours des dernières semaines. Il revient au pays avec trois médailles individuelles, une d’argent et deux de bronze, toutes remportées au 1000 m. Il se classe d’ailleurs au premier rang mondial dans cette distance.

PHOTO VINCENT JANNINK, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Pascal Dion, à Dordrecht, aux Pays-Bas, vendredi

« De toutes mes années en Coupe du monde, je n’ai jamais fait un top 10 au classement général, donc de finir premier, c’est nouveau. Je ne savais vraiment pas que j’allais être en position de faire un résultat comme ça », a dit l’athlète de 27 ans.

Sébastien Cros ne s’est d’ailleurs pas fait prier pour souligner tout le travail accompli par le Montréalais.

Il a vraiment trouvé la recette. Ça marche. Il a été constant, a gardé ses bonnes habitudes. C’est incroyable, les courses qu’il a faites.

L'entraîneur Sébastien Cros, à propos de Pascal Dion

« Autant sur la gestion d’énergie, les tracés, les choix, c’était vraiment incroyable. Il y a quelques courses là-dedans qu’on va garder dans les livres parce que c’était l’exemple à montrer comment courser. C’était vraiment fort », a commenté l'entraîneur.

L’équipe canadienne de courte piste a terminé sa saison en Coupe du monde avec 17 médailles. Les trois équipes du relais (femmes, hommes et mixte) se sont toutes classées dans le top 5 mondial, ce qui leur assure une place de quota pour les Jeux de Pékin. Les places individuelles déterminant le nombre de patineurs canadiens dans l’équipe olympique seront dévoilées au cours des prochains jours.

L’équipe canadienne sera de retour au pays en début de semaine. Les patineurs bénéficieront d’une semaine de repos après avoir patiné à plein régime pendant plusieurs mois.

« Après ça, pendant le temps des Fêtes et jusqu’aux Jeux, on va s’entraîner beaucoup », a fait savoir Pascal Dion.