Sébastien Toutant a ressenti une vive douleur à la cage thoracique qui lui a coupé le souffle la semaine dernière, en chutant durement au bas du parcours de slopestyle des X Games, à Aspen.

Melissa Couto
La Presse canadienne

Le surfeur des neiges était sûr de s’être fracturé des côtes — un diagnostic confirmé dans un hôpital d’Aspen, peu après. Mais il envisage déjà de retourner sur les pistes avant la fin de la saison.

« Pour beaucoup de gens, se blesser les fait freiner. Ils ont peur de recommencer mais pour moi, c’est le contraire, a dit Toutant au téléphone lorsque rejoint à son domicile, à Montréal. Quand je me blesse, ça me fait m’ennuyer du “snowboard”. Ça me fait penser à la chance que j’ai de faire ça tous les jours. »

« Vous commencez à réfléchir à ce que vous avez fait et à penser à des choses que vous pouvez faire mieux, et vous le voulez tellement que ça vous redonne toute motivation que vous pourriez perdre. »

Le natif de l’Assomption est arrivé aux X Games confiant après avoir gagné l’or en Coupe du monde en Suisse, la semaine précédente.

PHOTO GIAN EHRENZELLER, AP

Sébastien Toutant au Laax Open, en Suisse, le 17 janvier dernier

Mais il n’a pas atteint la finale à Aspen : il a chuté en qualifications à son dernier saut d’une routine par ailleurs bien livrée, jeudi dernier.

Toutant n’était que 14e après deux descentes et ressentait de la pression pour épater et se rendre en finale. Mais le ciel gris limitait la visibilité, et les chutes de neige mouillée rendaient le parcours bien difficile.

« J’essayais un “triple cork arrière 1440”, que je maîtrise assez bien, a dit Toutant. C’est une manœuvre délicate, mais ce n’est pas la plus difficile. Je pense que les conditions, le manque de vitesse et le fait de ne pas vraiment avoir pu m’entraîner pendant quelques jours, ça n’a certainement pas aidé. »

« Mais ça fait partie du sport. C’est le surf des neiges. Ça aurait pu être pire, alors je suis pas mal chanceux. »

Toutant s’est cassé trois côtes du côté gauche, et d’autres côtes ont été malmenées. L’athlète de 27 ans est resté durant quelques jours dans un hôpital d’Aspen avant de retourner à Montréal, lundi. Il était de retour au gymnase mardi, faisant de légers exercices, pour tester ses limites.

Bien qu’il n’ait pas retrouvé le niveau des techniques d’entraînement qu’il aime partager sur les médias sociaux, avec des parcours d’obstacles faits maison, Toutant a mentionné qu’il se déplace bien et qu’il s’attend à être rétabli à temps pour l’Omnium des États-Unis au Colorado, à la fin du mois de février.

« Je suis un peu à cheval entre vouloir pousser et ne pas vouloir forcer les choses. Vous voulez que ça devienne une rampe de lancement, a t-il confié. Je suis capable de faire du vélo, un peu de travail en stabilité… Ça fait du bien. »

« Comme athlète, pouvoir aller au gymnase, ça rend la réadaptation plus plaisante. C’est pénible de rester assis sur le divan. Certaines personnes se cassent les côtes et ne peuvent pas marcher pendant des jours, alors je suis content de pouvoir faire quelque chose. »

Le champion olympique en titre du big air est familier avec les blessures subies en piste.

Toutant s’est cassé la cheville (trois fois), le poignet, la mâchoire et la clavicule ; il a subi une luxation de l’épaule, et il a dû composer avec d’autres blessures aux côtes dans le passé.

Il a failli rater les Jeux olympiques de 2018 lorsqu’il a développé un disque compressé dans le bas du dos l’année précédente.

« Chaque fois que je me blesse, j’ai l’impression de revenir plus motivé que jamais, a dit Toutant. Je veux revenir le plus tôt possible mais pas juste revenir : je veux aussi être plus fort et meilleur qu’auparavant. »