L'Italien Cristian Deville s'est offert à 31 ans sa première victoire en Coupe du monde de ski alpin au slalom de Kitzbühel, un succès néanmoins éclipsé par la controverse autour de l'Autrichien Marcel Hirscher, qui a tendance à enfourcher les piquets.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Deville a devancé l'Autrichien Mario Matt et le Croate Ivica Kostelic pour signer son troisième podium de la saison, après avoir fini 2e à Beaver Creek (États-Unis) et 3e à Flachau (Autriche).

«Je ne sais pas ce qui s'est passé, je me suis entraîné comme les autres années, peut-être l'expérience... C'est l'objectif de tous les skieurs dans leur carrière, Kitzbühel. C'est fou», s'est exclamé le Trentin, désormais 2e au classement de la discipline.

Meilleur temps après la première manche, Mario Matt aurait aimé rééditer son succès de 2000, où il s'était imposé sur la Ganslern.

Au bénéfice en outre de sa victoire attendue dans le combiné classique, devant les Suisses Beat Feuz et Silvan Zurbriggen, Ivica Kostelic repasse en tête au classement général.

Un changement au classement qui se fait aux dépens de l'Autrichien Marcel Hirscher, au coeur d'une controverse sur ses passages de portes, litigieux à plusieurs reprises.

Hirscher disqualifié

Disqualifié en seconde manche dimanche, le skieur d'Annaberg était très surveillé après des révélations montrant qu'il avait déjà mal passé une porte au slalom de Zagreb début janvier, où il l'avait emporté.

L'Autrichien de mère néerlandaise est soupçonné d'avoir commis la même faute à Adelboden (Suisse), où il avait également gagné, et a très nettement enfourché lors de la seconde manche à Kitzbühel, sans pour autant arrêter sa course.

Une attitude qui déplaît à Kostelic, qui devance désormais Hirscher de 130 points au classement général: «C'est seulement une course, mais la honte reste à jamais», a déclaré la mine grave le Croate, détenteur du grand globe.

«Le sport est fondé sur des valeurs de base. Quand ces valeurs de base sont foulées du pied, personnellement je n'oublie pas», a prévenu Kostelic, habitué à prendre une position de redresseur de torts sur le circuit.

«Cette fois au moins, j'ai vraiment enfourché, il n'y a pas de débat», a reconnu le jeune prodige de la Wunderteam.

«La FIS (Fédération internationale de ski) doit penser à une autre solution à l'avenir. Nous avons besoin d'arbitrage vidéo ou quelque chose dans le genre», a poursuivi Hirscher.

Le principal adversaire de Kostelic dans la course au grand globe de cristal a donc fait une mauvaise opération ce week-end, ce qui pourrait faire les affaires du Croate si l'Autrichien devait se révéler affecté par la querelle.

Et cela pourrait se voir très vite: le prochain slalom est programmé mardi, en nocturne, à Schladming (Autriche).