L'Américaine Lindsey Vonn, la reine du ski alpin depuis trois saisons, semble victime d'une malédiction à Aspen, le seul arrêt de la Coupe du monde dames aux États-Unis et une des rares étapes phare du Cirque blanc où elle n'est jamais montée sur le podium.

Benoît Petit AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce n'est pas faute d'aimer l'endroit, où ont lieu un géant samedi et un slalom dimanche. «C'est toujours spécial de courir à Aspen, raconte la résidente de Vail (Colorado), à seulement deux heures de route. Tous mes amis de Vail seront là, tout le «Vonntourage» (jeu de mots entre Vonn et entourage), mes deux tantes du Wisconsin qui ne m'ont plus vu skier depuis mes 12 ans, d'autres membres de ma famille et les parents de mon mari (Thomas Vonn). Nulle part ailleurs dans le monde je bénéficie d'un tel soutien.»

Mais il semble que nulle part ailleurs l'Américaine de 26 ans se plante aussi souvent que sur les neiges (naturelles cette année) de la Strawpile, il est vrai plus souvent théâtres d'épreuves techniques que de vitesse, domaine dans lequel la jeune femme du Minnesota a excellé dès le début de sa carrière.

Les chiffres sont éloquents: Vonn a couru quinze fois à Aspen, huit fois en slalom, quatre fois en géant, deux fois en super-G et une fois en descente pour un total de... zéro podium. Elle n'est pas parvenue à finir classée à huit reprises (quatre fois en slalom, trois fois en géant et une fois en super-G).

Cette fois, la championne olympique 2010 et championne du monde 2009 de descente pourra compter sur un petit avantage pour faire basculer le sort.

Les précipitations neigeuses des dernières semaines ont en effet permis de préparer la piste très en avance, sans avoir à ne compter que sur les canons à neige, comme souvent à pareille époque.

Chose exceptionnelle à Aspen, les Américaines ont pu effectué deux jours d'entraînement sur la Strawpile en amont de la compétition. Un plus indéniable en tout début de saison, quand les skieuses cherchent encore leurs marques.

Les Allemandes favorites

Cette saison, l'Autrichienne Marlies Schild vient de sortir victorieuse à Levi entre les piquets serrés, Vonn finissant sixième, alors que l'Allemande Viktoria Rebensburg avait enlevé le géant d'ouverture à Sölden (Vonn 18e).

«À l'exception d'une erreur, j'ai fait une excellent seconde manche à Levi et j'ai hâte de courir à Aspen pour, j'espère, engranger des points dans les disciplines techniques», assure Vonn.

Malgré les déceptions engrangées chaque année dans le Colorado, elle peut se réconforter en pensant qu'elle skie toujours le week-end suivant dans son jardin, à Lake Louise (Canada), où elle a raflé 11 podiums (sept victoires) en 23 courses (depuis 2001), dont au moins un podium chaque année depuis 2004.

À Aspen, les Allemandes s'avancent en favorites du géant: elles étaient trois dans les cinq premières à Sölden (Rebensburg première, Kathrin Hölzl deuxième et Maria Riesch cinquième) et Hölzl l'avait emporté à Aspen la saison passée et avait fini l'hiver avec le globe de cristal de la spécialité.

Dimanche, les soeurs Marie et Susann Riesch, quatrième et cinquième en 2009, auront aussi une carte à jouer en slalom, une épreuve dans laquelle la Tchèque Sarka Zahrobska visera un triplé historique après ses succès de 2008 et 2009.

Attention aussi à l'Autrichienne Schild, deuxième l'an passé pour sa deuxième course après une saison blanche sur blessure, et en confiance depuis Levi. Sa compatriote Kathrin Zettel, toujours en vue à Aspen (six podiums dont une victoire depuis 2005), est restée en Europe pour soigner sa hanche gauche.