Les Italiens Dominik Paris et Christof Innerhofer ont réjoui la foule massée au bas de la piste Stelvio en signant un doublé à la descente de la Coupe du monde de Bormio.

Mis à jour le 28 déc. 2018
ASSOCIATED PRESS

Paris accusait un retard sur Innerhofer en haut du parcours glacé, mais il a été plus rapide dans la portion du bas, stoppant le chrono à une minute, 55,21 secondes, soit 32 centièmes de mieux que son compatriote.

Le Suisse Beat Feux, détenteur du globe de cristal de la discipline, a complété le podium, à 52 centièmes de Paris.

Le Canadien Benjamin Thomsen a terminé 10e pour une deuxième épreuve consécutive.

Paris, également vainqueur en 2012 et 2017, a égalé le record de trois victoires sur la piste Stelvio, établi par les Autrichiens Hermann Maier et Michael Walchhofer.

Il s'agit d'une 10e victoire en carrière pour Paris et d'un 25e podium.

Les festivités ont toutefois été interrompues par la chute du Slovène Klemen Kosi, héliporté vers un hôpital local après une violente chute.

Kosi a perdu le contrôle en fin de parcours et est passé à travers deux clôtures de sécurité avant de finalement stopper sa course. On soupçonne un traumatisme facial pour l'instant. Les organisateur ont indiqué qu'il souffre d'une fracture du nez et de dents cassées. Il n'a pas perdu conscience.

135 km/h

Paris a atteint la vitesse de 135 km/h dans l'unique portion en ligne droite de la Stelvio. Sinon, il a laissé ses cuisses massives absorber les chocs dans les nombreux virages.

« Je ne dirais pas que c'était une course parfaite, mais en deuxième portion, j'ai laissé aller mes skis et j'ai tout donné, surtout en bas de parcours, alors que j'ai utilisé toutes mes forces, a déclaré Paris. J'espère toujours l'emporter, mais surtout quand le défi est grand. Cette victoire représente beaucoup pour moi. »

Innerhofer a aussi connu beaucoup de succès en carrière sur la Stelvio, y remportant la première de ses six victoires en Coupe du monde en 2008, en plus de terminer troisième en 2010.

Il a réussi la meilleure descente tôt dans la journée avec son dossard no 2, malgré qu'il ait pointé ses skis trop haut dans le dernier saut.

Paris s'est lancé cinq skieurs plus tard. Il était derrière Innerhofer dans les trois premiers temps de référence, avant de combler l'écart en bas de parcours.

Alors que plusieurs skieurs étaient pliés en deux par la fatigue dans l'aire d'arrivée, Paris a immédiatement commencé à célébrer.

« Avez-vous les cuisses de Dominik ? Elles font 10 bons centimètres de plus que les miennes ! Alors je ne suis pas surpris qu'il ne fût pas aussi fatigué que moi », a commenté Innerhofer.

Le parcours très exigeant a forcé huit des 60 skieurs ayant pris le départ à abandonner avant la fin.

Avec sa troisième place, Feux est grimpé au sommet du classement de la discipline, 38 points devant l'Autrichien Max Franz, 12e vendredi.

La Coupe du monde se poursuivra samedi avec un super-G.