Une ère nouvelle s’amorce à Anaheim. Le long règne du directeur général Bob Murray, en poste depuis 2008, vient de prendre fin.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Les fans aigris des Ducks auraient souhaité qu’on le congédie pour son travail des dernières années, mais ce gestionnaire de la vieille garde est plutôt tombé pour ses méthodes inappropriées à l’égard de ses employés.

« On était en perpétuelle guerre psychologique quand on travaillait pour lui, a confié une source au site Daily Faceoff. Les attaques ne cessaient jamais. Il envoyait des textos aux joueurs et aux entraîneurs après des mauvaises performances en les menaçant de leur faire perdre leur poste. Il explosait régulièrement ainsi. »

Une autre source sondée par Daily Faceoff abondait dans le même sens. « Il y a plusieurs squelettes dans le placard de "Murph". La liste de ses souffre-douleurs est longue… »

Murray, 66 ans, oeuvrait pourtant à titre de gestionnaire dans la LNH depuis plus de 30 ans. Son règne chez les Ducks avait l’apparence d’un long fleuve tranquille. Il opérait dans un petit marché, très peu suivi médiatiquement, et il n’avait pas l’habitude des coups d’éclat.

Le DG déchu a hérité d’une équipe solide des mains de Brian Burke en novembre 2008. Scott Niedermayer, Chris Pronger et François Beauchemin formaient un formidable top 3 défensif, Jean-Sébastien Giguère et Jonas Hiller se partageaient bien le travail devant le filet et Ryan Getzlaf, Corey Perry et Bobby Ryan étaient dans la force de l’âge… sans oublier Teemu Selanne.

Les Ducks ont participé aux séries huit fois en dix saisons entre 2008 et 2018 et ils ont atteint le carré d’as deux fois.

Murray a eu le courage d’échanger Chris Pronger au bon moment et les judicieux choix au repêchage du directeur du recrutement québécois Alain Chainey, puis de son successeur Martin Madden fils, ont permis aux Ducks de procéder à une transition en douceur après les départs de Pronger, Niedermayer et Beauchemin, entre autres.

Entre 2009 et 2015, Anaheim a repêché et intégré dans sa formation Kyle Palmieri, Sami Vatanen, Cam Fowler, Rickard Rakell, le gardien John Gibson, Josh Manson, Hampus Lindholm, Brandon Montour, Nick Ritchie et Ondrej Kase, entre autres. Si seulement Murray avait pu conserver Shea Theodore, Marcus Pettersson et William Karlsson…

Ces dernières années, les Ducks ont entamé une reconstruction, sous l’impulsion d’un nouvel entraîneur, Dallas Eakins.

Après trois exclusions consécutives des séries, ils connaissent un départ étonnant avec une fiche de 7-4-3 malgré une formation très jeune.

Jamie Drysdale, 19 ans, sixième choix au total en 2020, joue au sein de la première paire de défenseurs avec Hampus Lindholm. Trevor Zegras, 20 ans, Isac Lundestrom, 22 ans, et Benoit-Olivier Groulx, 21 ans, jouent au centre derrière Ryan Getzlaf. Zegras et Lundestrom sont des choix de première ronde, Groulx de deuxième. Mason MacTavish, troisième choix au total en 2021, a intégré la formation à 18 ans seulement.

PHOTO GARY A. VASQUEZ, USA TODAY SPORTS

Jamie Drysdale

Getzlaf semble avoir trouvé la fontaine de jouvence à 36 ans. Il a amassé 12 points à ses 14 derniers matchs. Son ailier droit Troy Terry, qu’on attendait en vain depuis quatre ans après une spectaculaire carrière dans la NCAA, explose enfin à 24 ans. Il est le meilleur compteur du club avec 16 points, dont 9 buts, en 13 matchs.

Reste à résoudre l’énigme Maxime Comtois. Le jeune homme a amassé 33 points en 55 matchs à l’aile gauche du premier trio l’an dernier, en tête des compteurs de l’équipe. Il a obtenu une seule aide en 12 matchs cette année et on l’a même rayé de la formation récemment.

Jeff Solomon agit désormais comme directeur général par intérim. Il a été embauché au cours de la morte saison, après 14 ans à titre de VP aux opérations hockey chez les Kings de Los Angeles.

Bob Murray lui laisse des cœurs meurtris, mais une formation en bon état.

L’exploit du jour

PHOTO ADAM HUNGER, ASSOCIATED PRESS

P.K. Subban (76)

Les Devils du New Jersey se sont offerts le luxe de marquer sept buts contre les presque invincibles Panthers de la Floride et leur jeune surdoué Spencer Knight devant le filet, mardi. P.K. Subban a ajouté deux points à sa fiche, il en compte désormais 5 en 11 matchs et les Devils s’approchent à deux points des Capitals de Washington et du troisième rang dans la section Métropolitaine avec une fiche de 6-3-2.

La citation du jour

Quand vous permettez à des équipes de se qualifier automatiquement pour les Olympiques (comme la Chine, à titre de pays hôte), vous vous retrouvez dans de telles situations. Il est important d’avoir un plan et de s’y conformer, mais je ne crois pas que les Chinois l’ont fait, ils ont un peu tout essayé. Il n’y a rien qu’un entraîneur puisse y faire. C’est inquiétant, vraiment.

Dave King, qui s’attend à un massacre aux Jeux de Beijing, à l’agence Reuters. King se fie à sa vaste expérience au plan mondial et joint sa voix à celle du nouveau président de la Fédération internationale de hockey, le Québécois Luc Tardif, pour exprimer ses craintes.

Le chiffre du jour : 6

PHOTO GEOFF BURKE, USA TODAY SPORTS

Hendrix Lapierre (29)

Nombre de matchs disputés par Hendrix Lapierre avec les Capitals cette saison. Lapierre a vécu une soirée spéciale en marquant à son premier match, mais Washington, sagement, a renvoyé son choix de première ronde en 2020 à son club junior du Titan de l’Acadie-Bathurst. Lapierre devrait rejoindre le premier choix du Canadien cette même année, le défenseur Kaiden Guhle, au sein de l’équipe canadienne en prévision du Championnat mondial junior.

À lire

1- La sortie de Carey Price a évidemment suscité de nombreuses réactions. Guillaume Lefrançois fait le point.

2- Il a toujours été, et est encore, un grand livre ouvert. Sa biographie ne pouvait donc pas emprunter une autre direction. Simon-Olivier Lorange s'est entretenu avec l'ancienne gloire du Canadien, Yvon Lambert.

3- Jake Evans pourra-t-il un jour être à la hauteur de Phillip Danault ? Une analyse fort intéressante de Simon-Olivier Lorange, dont la journée a été fort occupée mardi !