Alain Nasreddine n’a pas bondi de joie en prenant connaissance des détails du tournoi éliminatoire proposé par la Ligue nationale pour sauver la présente saison. En fait, c’est avant tout le format qui le chicote.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Au moment d’arriver à la pause, le 12 mars, on jouait vraiment bien , a confié l’entraîneur des Devils du New Jersey en entrevue téléphonique avec La Presse. Je ne dis pas que si la saison avait continué normalement, on aurait eu une place en séries. On avait du chemin faire. Mais le tournoi qui a été proposé, pour nous, c’est sûr que c’est décevant, même si on respecte la décision de la LNH. »

Déception

Pour les Devils, c’est décevant parce qu’au moment où tout s’est arrêté, ils étaient en train de trouver un rythme favorable, avec une fiche de 6-2-2 à leurs 10 derniers matchs.

« C’est sûr que si on regarde ça, on était à trois points du Canadien avec deux matchs en main, ajoute l’entraîneur québécois. Il faut tenir compte du pourcentage des victoires aussi, mais nous, on jouait vraiment bien, peut-être nos meilleures performances de la saison. Alors c’est dur à accepter. Je suis ici au New Jersey et j’entends parler de ce qui se passe à Montréal, je pense que les fans sont enthousiastes, avec raison. Je regarde ça aller et je me dis que ça aurait pu être nous. Mais comme je l’ai dit, on respecte la décision de la ligue. »

Meilleure mine avec Nasreddine

Il faut dire que les Devils, depuis l’arrivée en poste de Nasreddine en date du 3 décembre, se sont mis à avoir meilleure mine. Avant lui, avec John Hynes à la barre, le club du New Jersey avait remporté seulement 9 de ses 26 premiers matchs, mais ensuite, le changement a mené à une fiche beaucoup plus respectable de 19-16-8.

Dans le cas de Nasreddine, embauché par intérim, une présence lors du tournoi proposé de 24 équipes, avec peut-être aussi quelques victoires en cours de route, aurait pu s’avérer très bénéfique à la table des négociations avec ses patrons.

On peut penser à toutes sortes de scénarios et se demander ce qui aurait pu arriver, ajoute-t-il. Mais moi, ce que je trouve dommage en premier, c’est qu’au moment de la pause, on avait vraiment une belle ambiance au sein du club. Si on avait eu la chance de poursuivre, qui sait ?

L’entraîneur par intérim Alain Nasreddine.

Sera-t-il confirmé à son poste ?

Dans l’immédiat, les joueurs des Devils doivent discuter avec la direction de l’équipe, lundi, et ensuite, un choix devra être fait en ce qui concerne le poste d’entraîneur. Gérard Gallant, congédié par Vegas en janvier, serait sur la liste des candidats, mais Nasreddine ne perd pas espoir pour autant.

Je suis prêt à diriger une équipe de la LNH, je suis confiant et je souhaite être l’homme de la situation avec les Devils.

L’entraîneur par intérim Alain Nasreddine.

Au moins, les Devils peuvent se consoler en pensant au prochain repêchage, eux qui auront le luxe de pouvoir choisir trois joueurs lors de la première ronde. « On aura peut-être le premier choix au total en plus, alors pour nous au New Jersey, tous les regards sont tournés vers le repêchage », de conclure Alain Nasreddine.