Le Canadien traverse une mauvaise passe, et parmi ses joueurs, il y en a un qui traverse vraiment une mauvaise passe: Artturi Lehkonen.

Richard Labbé LA PRESSE

De tous les attaquants «réguliers» du club, c'est Lehkonen qui vit présentement les jours les plus sombres. Le jeune Finlandais n'a pas marqué depuis le 28 décembre en Floride, et en tout, ça lui fait 21 matchs de suite sans avoir pu placer une rondelle au fond d'un filet.

Ça commence à lui peser un peu.

«Max Pacioretty disait qu'il avait l'impression d'avoir les deux patins dans du sable mouvant quand il traversait une léthargie... Moi, j'ai l'impression que mon bâton est dans du sable mouvant, a expliqué Lehkonen avant le match de dimanche soir à Sunrise. C'est comme ça quand il n'y a rien qui fonctionne; le bâton devient plus lourd, tu te mets à "forcer" des jeux, à te dépêcher à tirer quand tu vois le filet, même si ce serait préférable de conserver la rondelle pendant une fraction de seconde de plus.»

Mais alors, qui est Artturi Lehkonen, au juste? Un joueur purement défensif ou un joueur capable de marquer des buts? En tout cas, à sa première saison, en 2016-2017, le patineur de 23 ans nous avait permis de croire qu'il savait quoi faire avec une rondelle, ayant récolté 18 buts lors de sa saison inaugurale chez le CH. Ça allait un peu avec ce qu'il venait de montrer à sa dernière saison en Europe, en Suède, où il s'était offert 11 buts et 8 aides en 16 matchs des séries avec le club de Frölunda.

Lehkonen a 7 buts au compteur cette saison, et à ce rythme, il aura du mal à atteindre la modeste barre des 10 buts.

«Je n'ai jamais été un marqueur de 40 buts en Europe; on ne joue pas assez de matchs pour ça de toute façon, a-t-il ajouté. Mais j'ai toujours su comment marquer des buts. Je marquais dans les rangs mineurs en Finlande. Je pense que je peux encore le faire.

«C'est avant tout une question de constance pour moi. Je ne peux pas me permettre de connaître ces longues séries d'insuccès sans marquer un seul but, comme c'est le cas présentement. Ce n'est pas facile de marquer des buts dans cette ligue, mais c'est à moi de trouver une façon. C'est probablement ma pire sécheresse depuis que je joue ici. Ce n'est pas facile de composer avec ça, mais je dois trouver un moyen de m'en sortir.»

Pourtant, ses collègues finlandais (Joel Armia et Jesperi Kotkaniemi) et lui semblaient très bien lancés il n'y a pas si longtemps... «Notre trio a bien joué à la maison, mais nous devons trouver une façon de jouer aussi bien sur la route. Ça fait quelques matchs sur la route où, disons-le, nous ne jouons pas dans la pleine mesure de nos moyens.»

Chez le Canadien, on ne s'attend certes pas à ce que Lehkonen se mette à enfiler des buts chaque soir, mais on s'attend à plus, assurément. D'ailleurs, le Canadien accueille ce soir les Blue Jackets de Columbus au Centre Bell, et pour mettre un frein à cette série de quatre défaites qui tombe bien mal, il faudra de meilleures performances d'un peu tout le monde... incluant Artturi Lehkonen, qui comprend très bien l'importance de modifier certains détails dans sa préparation.

«Je dois réussir des jeux avec la rondelle, prendre un peu plus mon temps, changer des choses...

- Tu es superstitieux?

- Oui... mais là, je pense que je vais devoir me trouver de nouvelles superstitions!»