Irène et Pierre ont acheté leur triplex dans le Mile-End, à la limite d'Outremont, en 1982. Ils ont choisi d'habiter au troisième étage afin d'avoir le plus de lumière possible.

Danielle Bonneau
Danielle Bonneau LA PRESSE

Irène et Pierre ont acheté leur triplex dans le Mile-End, à la limite d'Outremont, en 1982. Ils ont choisi d'habiter au troisième étage afin d'avoir le plus de lumière possible.

 Les locataires au deuxième étage ont quitté les lieux au printemps, après être demeurés au même endroit pendant 53 ans. Maintenant que le logement est libre, Irène et Pierre sautent sur l'occasion pour mieux l'isoler, l'insonoriser et métamorphoser la cuisine, à l'arrière. Ils comptent ainsi attirer de nouveaux locataires à la recherche d'un bel appartement de 1500 pieds carrés, au cachet ancien. Les propriétaires prennent en effet soin de conserver les boiseries et les moulures, qui datent de la construction de l'immeuble, vers 1910.

 «Nous voulons faire ici ce que nous avons réalisé chez nous», explique Irène.

 Ils ont amorcé les travaux, éliminant une petite pièce à l'arrière et ne conservant rien de l'ancienne cuisine. Le but: aménager une vaste cuisine et l'ouvrir sur une salle à manger et un coin pour relaxer. En remplaçant la porte arrière par une grande porte-fenêtre, la lumière entrera à flots. Les futurs locataires pourront aussi mieux profiter de la jolie terrasse construite en 1983.

Irène et Pierre ne voient pas du même oeil l'aménagement de l'espace. Ils se demandent, de plus, s'ils devraient y installer une laveuse et une sécheuse. Ils ont donc appelé l'architecte Guy Demers à la rescousse.

 Ce dernier leur a soumis quatre propositions. Voici les trois plans qui ont le plus soulevé l'intérêt des propriétaires. Dans deux des trois cas, la laveuse et la sécheuse prennent place dans la cuisine. «Il n'y a pas de problème à ce qu'elles y soient, estime Irène. Ma laveuse est dans la cuisine et cela ne me dérange pas. Par contre, je n'ai pas de sécheuse, car je fais tout sécher à l'extérieur, même l'hiver.»

 Dans la première option, la cuisine comprend un vaste plan de travail d'un peu moins d'un mètre de profondeur (3 pieds). Une section d'environ 30 cm (1 pied) est surélevée de 15 cm (6 pouces). Les épices, la cafetière et autres petits appareils électriques pourront y élire domicile afin de dégager le plan de travail. L'évier se trouve devant la fenêtre. Une cuisinière et un lave-vaisselle sont installés de part et d'autre. Un vaste garde-manger et le réfrigérateur prennent place de l'autre côté de la pièce. Une laveuse et une sécheuse sont discrètement installées à proximité, derrière un mur.

 Un espace encore plus ouvert

 La deuxième proposition entraîne un peu plus de travaux, avertit Guy Demers. Et elle ne compte pas de laveuse ni de sécheuse.

 Le réfrigérateur et un grand garde-manger se trouvent à la gauche de l'entrée de la cuisine. De l'autre côté, un vaste plan de travail surplombé d'armoires offre beaucoup d'espace de rangement. En forme de U, il s'élargit et s'arrondit à l'une des extrémités. «Il y a beaucoup d'espace pour cuisiner et faire des pâtisseries, indique l'architecte. Les invités pourront s'asseoir tout autour et jaser avec leurs hôtes.»

 Dans la troisième proposition, le réfrigérateur et un grand plan de travail se trouvent à la gauche de l'entrée de la cuisine. La plaque de cuisson est installée à l'intérieur d'un vaste îlot. Une laveuse et une sécheuse superposées sont installées au fond de la pièce, à côté d'un spacieux garde-manger.

 Pierre, qui aime les espaces dégagés, préfère la deuxième et la troisième propositions. «Dans la deuxième option, l'îlot pourrait être amovible, souligne Pierre. Il pourrait être sur des roulettes et être placé le long du mur pour obtenir un vaste espace ouvert.»

 «C'est la proposition qui ressemble le plus à ce que l'on retrouve chez nous», renchérit Irène qui penche davantage vers la première proposition. Elle déplacerait toutefois la laveuse et la sécheuse. En discutant ensemble, tous trois en viennent à la conclusion que les deux appareils pourraient simplement être installés ailleurs dans l'appartement. L'espace serait donc encore plus ouvert... au grand plaisir de Pierre. «C'est encore mieux», indique-t-il avec un grand sourire.

 Le coût? Environ 30 000$ dans les trois cas, car les travaux à effectuer ont sensiblement la même envergure.

OBJECTIFS

 > Rénover de fond en comble l'appartement au deuxième étage, vacant pour la première fois depuis 53 ans.

 > Agrandir la cuisine en éliminant une chambre à l'arrière.

 > Installer une vaste porte fenêtre à l'arrière pour faire entrer la lumière.

 BUDGET

 > Environ 30 000$

 PROPOSITION 1: la cuisine comprend un vaste plan de travail d'un peu moins d'un mètre de profondeur. L'évier se trouve devant la fenêtre. Un vaste garde-manger et le réfrigérateur prennent place de l'autre côté de la pièce. Une laveuse et une sécheuse sont discrètement installées à proximité, derrière un mur. La lumière entre à flots par une grande porte-fenêtre.

 PROPOSITION 2: le réfrigérateur et un grand garde-manger se trouvent à la gauche de l'entrée de la cuisine. De l'autre côté, un vaste plan de travail surplombé d'armoires offre beaucoup d'espace de rangement. En forme de U, il s'élargit et s'arrondit à l'une des extrémités. La lumière entre à flots par une grande porte-fenêtre.

 PROPOSITION 3: le réfrigérateur et un grand plan de travail se trouvent à la gauche de l'entrée de la cuisine. La plaque de cuisson est installée à l'intérieur d'un vaste ilôt. Une laveuse et une sécheuse superposées sont installées au fond de la pièce, à côté d'un spacieux garde-manger. La lumière entre à flots par une grande porte-fenêtre.

 Vous voulez changer de maison sans déménager? L'architecte Guy Demers se rend chez des lecteurs de La Presse et les aide à résoudre leurs problèmes d'aménagement. Nous publions ses propositions en espérant qu'elles sauront vous inspirer à votre tour. Vous pouvez contacter Guy Demers par courriel à gdemers@lapresse.ca, en lui laissant votre numéro de téléphone. Il ne vous rappellera que si vous êtes sélectionné.

 

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Chez Irène et Pierre, au troisième étage, la lumière entre à flots dans la cuisine. Le couple veut créer le même effet au deuxième.