Source ID:; App Source:

Rénover avant d'emménager

Martial Foucault et Aline Maire, qui tient le... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Martial Foucault et Aline Maire, qui tient le petit Septime dans ses bras, aiment beaucoup la seconde propostion de réaménagement.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Aline Mairet et Martial Foucault finalisent... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Aline Mairet et Martial Foucault sont en train de finaliser l'achat d'un cottage au coeur du Plateau. Ils en prendront possession à la mi-décembre. Avant d'emménager, ils désirent rénover le rez-de-chaussée.

 L'ancien duplex, construit en 1895, a été converti en cottage en 2000. Aline et Martial veulent effectuer des travaux pour y être à l'aise avec leurs trois enfants, Camille, 7 ans, Aloïs, 4 ans, et le petit Septime, 5 mois.

 «Nous voulons ouvrir au rez-de-chaussée pour que ce soit moins sombre, explique Martial. Ce sera un grand espace et il n'y aura plus de couloir.»

 L'architecte Guy Demers leur soumet deux propositions. D'entrée de jeu, il leur suggère d'aménager une salle de bains à l'étage. Ce sera très pratique pour toute la famille car il n'y en a pas. Cela permettra, de plus, de gagner de l'espace au rez-de-chaussée, puisque la baignoire, présentement coincée dans un placard, pourra être éliminée. La salle d'eau est agrandie en prenant l'espace du corridor, pour accueillir la laveuse et la sécheuse. Les toilettes et l'évier ne bougent toutefois pas.

 Dans les deux propositions, le long corridor disparaît. «C'est de l'espace perdu», dit Guy Demers, qui en fait un meilleur usage.

 Le mur porteur séparant les deux pièces du salon double est en bonne partie remplacé par une poutre pour dégager l'espace. Un véritable vestibule est par ailleurs créé. Celui-ci compte une penderie, face à l'entrée.

Aline est ravie. La famille, qui a immigré de France l'an dernier, habite dans un cottage similaire, à quelques maisons de sa future demeure. Elle a trouvé difficile, pendant son premier hiver ici, de ne pas avoir de vestibule ni de penderie.

 «Nous avons senti le froid, s'exclame la jeune femme. Nous montions l'escalier en courant! Je me demandais où nous allions mettre tous nos manteaux. Avoir une penderie, c'est très pratique!»

 Dans les deux cas, par ailleurs, la petite pièce à l'arrière demeure libre. «On pourra y mettre une bibliothèque et les enfants pourront y jouer, apprécie Aline. C'est à l'écart, tout en étant près de la cuisine.»

 Dans la première proposition, l'espace est semi-ouvert. La cuisine, entièrement réaménagée, demeure au même endroit. Le mur porteur qui la délimite reste donc en place. En forme de U, la cuisine gagne de grands plans de travail, un vaste garde-manger et de nombreuses armoires. Elle est ouverte sur la salle à manger.

 «Vous avez ainsi une belle salle à manger ouverte sur le jardin, fait remarquer l'architecte. Et vous avez un vrai salon.»

 Un grand placard, dissimulé par un mur, prend par ailleurs place à côté de la salle de bains. Le mur, qui sert d'appui à la seconde poutre, cache aussi la salle de bains. Celle-ci ne pourra pas être vue de la salle à manger.

 «Pourrions-nous installer une laveuse et une sécheuse superposées dans la salle de bains? demande Aline. Nous pourrions alors avoir un placard de rangement dans la buanderie.»

 Dans la seconde proposition, l'espace est beaucoup plus ouvert, car la cuisine se trouve de l'autre côté de la maison. Le réfrigérateur et le grand garde-manger sont en retrait, ce qui plaît beaucoup à Aline. Un immense plan de travail longe la pièce. La plaque de cuisson est intégrée dans un vaste îlot. Deux grandes poutres remplacent alors les deux murs porteurs.

 Aline et Martial aiment beaucoup la seconde proposition. Pour avoir encore plus de lumière, Martial songe même à agrandir la fenêtre de la salle à manger.

 Pourront-ils réaliser les travaux avec leur budget de 50 000$? Oui, estime Guy Demers. Dans les deux cas, ils débourseront environ 10 000$ pour faire la salle de bains, à l'étage. La facture pour rénover le rez-de-chaussée, tel que suggéré par la première proposition, s'élèvera par ailleurs à environ 35 000$, croit l'architecte. La seconde option, qui entraîne plus de travaux, coûtera environ 5000$ de plus.

Plan de l'existant

 Aline Mairet et Martial Foucault veulent ouvrir au rez-de-chaussée pour faire entrer la lumière et ne plus avoir de corridor. La baignoire, dissimulée dans un placard, les a beaucoup surpris.

 Proposition 1

 La cuisine, entièrement réaménagée, demeure au même endroit. La salle à manger, ouverte sur le jardin, est séparée du salon. La laveuse et la sécheuse se trouvent dans la salle d'eau. Il y a une penderie dans le nouveau vestibule.

 Proposition 2

 L'espace est beaucoup plus ouvert, car la cuisine se trouve de l'autre côté de la maison. Le réfrigérateur et le garde-manger sont en retrait. La surface de cuisson est intégrée dans un vaste îlot. Deux grandes poutres remplacent les deux murs porteurs.

 OBJECTIFS

 - Rendre le rez-de-chaussée moins sombre

 - Ouvrir davantage

 - Éliminer le corridor

 - Avoir un vestibule et une penderie

 BUDGET

 - Environ 45 000$ ou 50000$, selon les propositions

 _____________________

Vous voulez changer de maison sans déménager? L'architecte Guy Demers se rend chez des lecteurs de La Presse et les aide à résoudre leurs problèmes d'aménagement. Nous publions ses propositions en espérant qu'elles sauront vous inspirer à votre tour. Vous pouvez contacter Guy Demers par courriel à gdemers@lapresse.ca, en lui laissant votre numéro de téléphone. Il ne vous rappellera que si vous êtes sélectionné.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer