Les vieilles dalles, inversées, acquièrent un look exotique. Le bois récupéré exprime le charme du terroir. Les pavés laissent l'eau s'infiltrer dans le sol. Si, en plus, la terrasse est construite pour longtemps et avec des matériaux locaux, si on y cultive des tomates en bac et que l'ambiance est donnée par des lanternes solaires, eh! bien, elle est écologique!

Carole Thibaudeau LA PRESSE

France Cliche et son compagnon voulaient une terrasse pour recevoir leurs nombreux amis et parents, dans leur propriété de Saint-Jean-sur-Richelieu. «Je voulais une grande table, relate France, solide et confortable, qui puisse passer l'hiver dehors, mais qui soit plus chic qu'une table à pique-nique. Comme je ne l'avais pas trouvée après avoir cherché partout, j'ai décidé de la faire moi-même.»

Antiquaire-styliste, dévouée par vocation à l'esprit de campagne, France choisit et agence des éléments du passé qui expriment le charme et le cachet de notre terroir. Dans sa recherche de l'objet esthétique et touchant, elle accomplit l'un des gestes les plus écologiques qui soient: donner une seconde vie aux objets et matériaux.

Ainsi, la spacieuse table - 13 pieds de long - est constituée d'anciens madriers de grange, de même que la structure ouverte qui l'abrite, faite de matériaux de trois provenances: deux granges, l'une de Napierville, village voisin, l'autre de Beauce, ainsi qu'une vieille maison de Saint-Bernard-de-Lacolle. Le toit de l'abri est surmonté de bardeaux de cèdre naturel (bois local), déjà grisonnant après un an.

«Je me suis inspirée des cabanes à bateau que l'on voit en Nouvelle-Angleterre, relate France Cliche. Je l'appelle ma boat house. Nous l'avons aménagée près de la piscine, puisque nous n'avons pas d'autre bord de l'eau!»

Les madriers d'angle ont été installés par la technique des pieux vissés: des vis géantes enfoncées dans le sol, qui procurent une capacité portante. Le sol est en pavés carrés de béton recyclé, imitant le bois.

Quelques luminaires à l'huile, en verre, peuvent aussi accueillir des bougies à la citronnelle (boutique Aux Mirabelles).

Des pavements perméables

Un pavement perméable à l'eau possède une qualité écologique majeure. L'eau de pluie qui s'infiltre dans le sol, et qui va rejoindre la nappe phréatique, épargne du même coup l'égout municipal et la station d'épuration.

Pour cette raison, des matériaux comme la brique, les pavés de béton, la pierre ou le granulat (pierre concassée, gravier ou galets) sont préférables à l'asphalte ou au béton coulé, rappelle le guide La maison verte de la collection Black&Decker (Éd. de l'Homme). Les joints peuvent être plantés de couvre-sol.

Mais on peut également faire appel à une technologie dont la performance a été éprouvée en laboratoire. Chez Techo-Bloc, le représentant technique Éric Dion affirme que des pavés perméables peuvent laisser infiltrer plus d'eau qu'un simple gazon.

«La fondation sous le pavé doit elle aussi être perméable, explique-t-il. On la fait en concassé net [aucune poussière], de différents calibres successifs. Un tel système peut retenir l'eau un certain temps avant de la laisser ruisseler. Il peut aussi acheminer l'eau dans une citerne, d'où elle pourra être récupérée pour un système d'irrigation ou pour laver la voiture.»

Matériaux écolos

Le bois et la pierre de provenance locale possèdent d'emblée une qualité écologique.

Pour le bois, la certification FSC (Forest Stewardship Council) garantit qu'il a été prélevé de façon durable. Plus écologiques encore sont les matériaux récupérés - bois, brique, pierre -, pourvu qu'ils ne soient pas contaminés par des moisissures ou des insectes.

Le bois composite est écologique s'il contient un bon pourcentage de matières recyclées (au moins 50%, jusqu'à 90%, précise le Guide pratique aménagement extérieur des Éditions Protégez-vous). On choisit, autant que faire se peut, une peinture sans COV, ou alors un matériau qui n'a pas à être peint.

Enfin, pour l'ambiance, des luminaires extérieurs à l'énergie solaire se trouvent maintenant dans un vaste choix, dans les grandes surfaces.

Chauffe-terrasse?

Il y en a au propane, au gaz naturel, à l'électricité, mais... une terrasse écologique se passe d'appareils qui émettent des gaz à effet de serre ou qui sont trop énergivores, font valoir les auteurs de différentes publications. Question de dosage et de jugement, comme toujours.

«Mais on a déjà des besoins gigantesques en énergie pour les choses utiles, indique Pascal Morel, directeur d'Archibio. Alors, pourquoi en rajouter pour des choses futiles?»

Bois antique Veser: reclaimedantiquewoods.com/fr-ca/boisantiqueveser.aspx

Bleu patine, esprit de campagne: bleupatine.com

Guide pratique aménagement extérieur, de Protégez-vous

Les Pages vertes Écohabitation

Guide complet du bricoleur La maison verte, collection Black & Decker, Éd. de l'Homme

Des balades gratuites, organisées par le Coeur des sciences de l'UQAM, auront lieu à la fin du mois de juillet et tout le mois d'août. Elles feront découvrir, à Montréal, des aménagements d'agriculture urbaine dont on peut s'inspirer pour une terrasse résidentielle. Réservations obligatoires: www.coeurdessciences.uqam.ca

Par ailleurs, la terrasse éducative du Centre d'écologie urbaine de Montréal, sur le toit d'un triplex de l'avenue du Parc, organise des journées portes ouvertes chaque été. À surveiller sur: www.ecologieurbaine.net