«Ce n'est pas très écologique au départ d'avoir deux maisons quatre saisons, souligne Emmanuel Cosgrove, directeur de Écohabitation. Au moins, assurons-nous que le chalet a une bonne performance énergétique.»

Carole Thibaudeau LA PRESSE

«Demandez une habitation Novoclimat, recommande Sidney Ribaud, directeur général d'Équiterre. C'est ce que je ferais, car je n'ai pas l'esprit technique pour discuter des détails d'isolation ou autres.»

On peut faire confiance aux certifications écologiques telles que Novoclimat, Leed ou Passivhaus (encore très rare), affirment ces experts. Les maisons qui affichent ces labels passent par un processus rigoureux de conception et d'inspection.

Une habitation Novoclimat - 5 à 7% des maisons neuves - économise 25% d'énergie comparé à une maison traditionnelle, et le surcoût pour se hausser à cette exigence est amorti en trois ans par les économies d'énergie.

«Si le constructeur appartient au Groupe Select Novoclimat, c'est encore mieux, ajoute Emmanuel Cosgrove. Cela signifie qu'il ne bâtit que du Novoclimat depuis quelques années: il n'a pas peur de faire inspecter ses maisons!»

Les bâtisseurs qui ont fait des maisons Leed - 30 à 70% moins énergivores - inspirent tout à fait confiance, poursuit le directeur de Écohabitation, et encore plus ceux, très rares, qui en font régulièrement ou qui ont décidé de ne faire que cela.

 

 

Écodomaines

Les écodomaines, proposés par plusieurs exposants du Salon chalet et maisons de campagne, ce week-end, ne sont pas tous si écologiques, poursuit M. Cosgrove. Quand tu investis un territoire vierge pour planter des maisons Leed ou Novoclimat dans la forêt et des quais sur un lac, Dame Nature ne te remercie pas. Un moindre mal serait de construire des maisons jumelées ou des condos, comme on le fait autour des stations de ski. On peut aussi partager un chalet à deux familles, ou encore concevoir des petites maisons groupées autour d'une grande maison commune, dans laquelle on peut héberger les invités.»

Emmanuelle Walter, des communications chez Écohabitation et coauteure d'un article sur les écodomaines, à paraître ce printemps dans le magazine La Maison du 21e siècle, recommande à l'acheteur préoccupé par l'écoblanchiment (greenwashing) de poser deux questions. Un: est-ce que la charte écologique impose des techniques visant à déboiser le moins possible, et avec le moins de dommages possible, autour de la zone de construction? Et deux: quel est le pourcentage de la zone conservée sur ce domaine? «À partir de 50%, ça témoigne d'un engagement écologique sérieux», observe Mme Walter.

Photo fournie par Art Massif

Les poutres en lamellé-collé d'Art Massif, en épinettes du Québec et sans COV, peuvent se modeler en courbes arrondies.

Dimensions, localisation

Les Pages vertes écohabitation, guide et annuaire, invitent à choisir une habitation «d'une taille raisonnable» pour préserver les ressources. Une façon simple consiste à compter 700 pi2 par personne, une valeur moyenne tirée du système Leed Canada et citée dans Les pages vertes. La même source indique que pour une maison de trois chambres, la moyenne canadienne est de 2200 pi2. On considère qu'une demeure de moins de 1500 pi2 est écocompacte, et qu'une résidence de plus de 3200 pi2 est démesurée.

Enfin, un cas de figure fréquent consiste à déménager à la campagne cinq ans avant la retraite, et à faire trois heures de route tous les jours pour le travail, «ce qui n'est vraiment pas écologique», souligne M. Cosgrove. «Si vous choisissez cette option, pensez au télétravail, au covoiturage et à un véhicule écoénergétique», conclut-il.

Photo fournie par Vivre perché

Vivre perché fait maintenant des maisons quatre saisons dans les arbres, isolées, et chauffées au poêle à bois.