Source ID:; App Source:

Sus aux bruits des voisins!

Les travaux d'insonorisation sont habituellement faits lors de... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Les travaux d'insonorisation sont habituellement faits lors de l'érection du bâtiment.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Patricia Sauzède-Bilodeau
Le Soleil
Outre la cellulose, constituée à 85 % de... (Photo fournie par Isolation Igloo Cellulose) - image 1.0

Agrandir

Outre la cellulose, constituée à 85 % de journaux recyclés et déchiquetés, les experts suggèrent la pose d'un panneau absorbant de son. On peut aussi ajouter des vitres.

Photo fournie par Isolation Igloo Cellulose

Samedi, 8h. Mise à part la pluie qui cogne à votre fenêtre, rien ne peut vous sortir de cet état d'engourdissement dans lequel vous voulez rester. Mais voilà qu'un bruit vous sort de votre confort. Le voisin du haut vient de se lever, votre grasse matinée est terminée.

 Au-dessus, à côté, en dessous, les voisins sont partout. Et souvent, surtout dans les immeubles à logements, plus près qu'on ne le souhaiterait. Pour éviter de vivre avec eux, il faut savoir bloquer leur brouhaha. «Il y a trois sortes de sons», décrit Dino Mariotti, de l'entreprise d'isolation Igloo Cellulose. «Les sons courants qui traversent les murs à environ 50 %, ceux d'impact et ceux qui sont absorbés par la pièce.»

 Aux grands bruits les grands moyens

 Un principe de base règne dans l'isolation acoustique : plus le mur est dense, moins les sons traverseront. Le béton est donc le grand gagnant en la matière, étant plus étanche. Le bois fait aussi sa part lorsqu'on en ajoute des couches dans la fondation, soit sous forme de poteaux ou carrément de 2 X 3 au moment de la construction.

 Quelques compagnies, comme BP Matériaux de Construction, suggèrent la pose de panneaux insonorisants ou d'un plafond à carreaux. Ces travaux sont habituellement faits au moment de l'érection du bâtiment, mais rarement dans les immeubles à logements existants.

 C'est pourquoi il existe pour les propriétaires de logements ou de condos des solutions après coup. Certaines nécessitent des changements simples, d'autres importants. Notamment, l'insertion de matière isolante dans la fondation.

 «Pour bloquer les sons provenant de murs côte à côte, la cellulose est une bonne option, poursuit M. Mariotti. En plus, ça isole du froid.» Cette cellulose est constituée à 85 % de journaux recyclés, déchiquetés et de composants biodégradables sans sulfate d'ammonium que l'on place entre les murs avant ou après la construction de la fondation.

 «Pour insérer la cellulose dans un bâtiment existant, on perce un trou de deux pouces de diamètre dans le plancher et le mur entre les solives, décrit M. Mariotti. Puis, on injecte la cellulose à l'aide d'un tuyau. C'est aussi simple que ça.»

 On emplit la cavité à 50 %, ce qui permettrait de calfeutrer les sons à haute fréquence tels que le téléphone et les conversations. Le matériau est aspergé d'acide borique pour prévenir les incendies.

 Outre la cellulose, les experts suggèrent la pose d'un panneau absorbant de son. «On utilise le carton genre emballage d'oeufs, poursuit M. Mariotti. Ils sont faits pour ça, mais il faut défaire le mur pour les poser.»

 Si les bruits les plus dérangeants proviennent de l'extérieur en passant par les fenêtres, le pare-air est tout désigné. Il s'agit en fait d'ajouter des vitres. Le Code du bâtiment du Québec oblige d'ailleurs la pose de vitres doubles, mais une troisième peut être recommandée si les bruits vous indisposent trop.

Et si c'était vous?

 Afin d'éviter que vos voisins ou vos colocataires ne vous maudissent, quelques trucs simples s'offrent à vous. Notamment, habiter les espaces.

 «Une pièce trop vide amplifie les sons, ajoute M. Mariotti. Ça les rend écho et ils traversent beaucoup plus facilement les murs et les planchers.» Plantes, rideaux, coussins, tablettes, livres, tout peut améliorer l'absorption du son. Toutefois, le meilleur élément antidérangement reste le tapis. Il filtre chacun des bruits, surtout si on lui ajoute un sous-tapis. Et si le revêtement ne vous tente pas, il reste tout de même la possibilité de décorer votre plancher de carpettes.

 «Un beau geste à faire pour votre voisin serait de déposer vos haut-parleurs sur des tapis, poursuit Dino Mariotti. Ça fait une grande différence.» Et si l'envie vous prend de laver vos vêtements à 22h un dimanche soir, mettez un tapis sous votre laveuse et votre sécheuse. Vos voisins apprécieront.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer