Source ID:; App Source:

La deuxième vie de la peinture

Rona, qui collecte déjà le tiers de ce... (Photo Jocelyn Bernier, Le Soleil)

Agrandir

Rona, qui collecte déjà le tiers de ce qui se recycle en peinture au Québec, vient d'étendre son réseau de dépôt aux 15 magasins grande surface Réno-Dépôt du Québec.

Photo Jocelyn Bernier, Le Soleil

Catherine Boisclair
Le Soleil

Nouvel appart rime souvent avec nouvelle déco. Des 7% de peinture qui ne serviront pas à rafraîchir la couleur de vos murs, Recyc-Québec souhaite en recycler les trois quarts d'ici 2008, en donnant une deuxième vie aux fonds de peinture.

 Rona, qui collecte déjà le tiers de ce qui se recycle en peinture au Québec, vient d'étendre son réseau de dépôt aux 15 magasins grande surface Réno-Dépôt du Québec, ce qui donnera une meilleure visibilité au programme de récupération de peinture et de leurs contenants, selon le vice-président au marketing et développement de Rona, Michael Brossard.

 Les restants de peinture peuvent aussi être retournés dans les six écocentres de la Ville de Québec. La capitale nationale a d'ailleurs l'un des meilleurs taux de récupération de peinture au Québec, selon la conseillère en communication à la Ville Marie-Christine Magnan.

 Les efforts se multiplient depuis 10 ans pour éviter la pollution et les émanations toxiques dues à la peinture. La récupération de celle-ci augmente en moyenne de 10 % par année, selon l'entreprise Peintures récupérées du Québec (PRQ), qui s'occupe de revaloriser ce produit ainsi que les laques, les vernis et les teintures. «Depuis janvier, on parle d'une augmentation de 20 %», s'enthousiasme Mario Clermont, directeur général de la division recyclage à la Société Laurentide, propriétaire de PRQ.

 Après le dépôt dans les différents centres, la peinture est revalorisée. Seul 16 % de ce qui est reçu chez Peintures récupérées du Québec est inutilisable, le reste servant à composer de la nouvelle peinture.

 Depuis 1998, les producteurs se sont regroupés sous l'organisme Éco-peinture selon le programme de responsabilité élargie des producteurs. Johanne Riverin, de Recyc-Québec, précise que ce principe se trouve dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Éco-peinture fait ensuite affaire avec PRQ pour que celle-ci recycle le produit en nouvelle peinture.

 Peinture de seconde main

 La peinture de marque Boomerang ne porte pas ce nom pour rien : elle est partie du magasin pour y revenir. Il s'agit de la marque de peinture récupérée québécoise, la seule que l'on retrouve sur nos tablettes. Elle est aussi vendue à l'international et représente, selon PRQ, «un excellent rapport qualité-prix».

 Cette peinture de seconde main coûte moins de la moitié du prix régulier d'une peinture neuve de qualité équivalente.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer