Source ID:; App Source:

Savoir déménager comme les professionnels

Pour déménager, il est important de louer ce qu'il faut auprès d'une entreprise... (Photo : archives La Presse)

Agrandir

Photo : archives La Presse

Gilles Angers
Le Soleil
Louis Savard, pdg de Location Beauport, démontre au... (Photo : Steve Deschênes, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Louis Savard, pdg de Location Beauport, démontre au journaliste du Soleil l'art de transporter un meuble lourd en toute sécurité au moyen de courroies en polyester.

Photo : Steve Deschênes, Le Soleil

Vous vous apprêtez à déménager. L'imminence du 30 juin et du 1er juillet vous tourmente. D'autant que vous le ferez sans l'aide d'un professionnel. Vous êtes donc impatient d'en finir. Surtout, ne vous improvisez pas des sangles pour transporter vos gros meubles ni n'employez un diable (chariot) à prix modique qui ne serait pas conçu à cet effet. Louez ce qu'il faut auprès d'une entreprise de location d'outils. Et faites-vous bien expliquer le mode d'emploi.

Louis Savard est pdg de Location d'outils Beauport. De nombreuses personnes, trouve-t-il, estiment ne pas avoir besoin d'explications.

Une question suffit souvent pour vérifier. Où va la section en cuir matelassé de feutre des bandes servant à soulever de gros morceaux ? La réponse la plus fréquente : autour du cou. Faux. C'est dessous l'objet qu'elle va tandis que l'attelage de textile robuste court de l'avant à gauche, derrière le dos à droite en finissant sa course sous le bras. De sorte d'être bien campé en station debout.

Encore que les courroies en polyester, dont la boucle est à blocage sûr à la moindre traction, se raccourcissent et s'allongent en un tournemain. Ce qui abrège les pauses, simplifie les manoeuvres. Certains préfèrent le feutre au polyester. «Ils ont tort», soutient M. Savard, qui fit naguère profession de déménageur, d'un océan à l'autre.

«D'abord, on soulève le meuble latéralement. On y glisse la première courroie au fond, puis la seconde près du bord. Ensuite, chaque déménageur passe la ganse formée devant lui par-dessus l'épaule en obliquant derrière le dos jusque sous le bras, côté opposé», détaille-t-il.

Chacun, ensuite, fléchit les genoux, tend la courroie au moyen de la boucle de telle sorte qu'en se redressant, le dos bien d'aplomb, le meuble se soulèvera. Dans un escalier, celui d'en haut allonge sa part, celui d'en bas réduit la sienne pour que la pièce transportée reste droite. Et de sorte que mouvement de descente soit plus sûr et naturel. D'un autre côté, il faut porter des vêtements assez justes au corps pour qu'ils n'entravent pas les manoeuvres.

Le Diable en action

Un diable bien structuré à sangle à cliquet, à capacité portante de 250 kg par exemple, à plateau d'appui costaud, à pneus résistants, à bandes rotatives latérales à la base pour le passage des marches d'escalier sans les abîmer, peut se substituer aux courroies.

Il est particulièrement approprié pour le transport du frigo. Ou de boîtes - des plus lourdes aux plus légères, de bas en haut - sur surface plane et sur une bonne distance.

Lorsqu'on amorce la descente d'un escalier, un déménageur doit se tenir en bas pour retenir le diable et le meuble. À la montée, pareillement. Du coup, en s'accordant avec celui qui, en haut, est aux commandes du chariot, il poussera sur le meuble bien sanglé et enveloppé d'une couverture, pour en faciliter l'ascension.

Des diables précisément conçus pour le déménagement, il y a en a en vente chez certains marchands de matériaux. Chez Rona l'Entrepôt, par exemple. Ce, à 89,95 $. Par la suite, on pourra le mettre au service des autres ou de sa famille.

Location

Tandis qu'on peut louer à la journée et sans réservation un diable (13 $), des courroies en polyester (10 $) ou en cuir, en feutre et en textile (16 $) chez Location Beauport, on peut le faire sur des plages de 4, 8 et 24 heures au Centre Loca-Tout de Beauport. Ce à 10 $, 15 $ et 20 $, quelle que soit la pièce d'équipement. Et sans réservation.

«Pour l'instant, on peut fournir», dit Alain Béland, conseiller de chez Loca-Tout. Mais fin juin et début juillet, il est sûr qu'on se bousculera au portillon.

Chez Lou-Tec de Sainte-Foy, on loue, sur des plages de cinq heures, les courroies en polyester et le diable à 15 $, respectivement. Puis les courroies en cuir, en feutre et textile à 18 $. Sur réservation, cependant. Quoiqu'on affiche «complet» pour la fin du mois, précise Germain Tremblay, conseiller en la matière.

Quant aux couvertures matelassées, incontournables pour le transport des électroménagers, des meubles fins et des accessoires précieux, il sont loués 2 $ ou 3 $ chacune.

Pour le reste, joignez votre assureur pour vous informer de vos protections pour le cas où un accident surviendrait.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer