Pour certains, être confinés à la maison rime avec petits projets de rénovation. Qui fera les travaux ? Oserez-vous vous lancer ?

Stéphanie Lévesque Stéphanie Lévesque
Entrepreneure générale, collaboratrice invitée

Travailler manuellement, c’est vivre avec bonheur le moment présent, car chaque geste compte. C’est la fierté aussi de dire : « Hey, c’est moi qui ai fait ça ! »

Le secret d’un projet réussi ? Comprendre et visualiser d’abord toutes les étapes qui nous attendent. C’est le moment d’être curieux ! Il faut prendre le temps de mieux connaître le matériel, de comprendre le fonctionnement de chaque outil et de bien saisir l’impact de ce projet sur notre demeure. Ensuite, le plaisir commence ! Plus on en fait, meilleur on devient, et plus on est bons… plus on veut en faire.

Jeune, j’aimais déjà le travail manuel, mais je ne savais pas à quel point ces compétences me seraient utiles par la suite. Quand je suis entrée dans mon premier appartement, j’ai compris. Mes capacités et mes connaissances manuelles devenaient alors non seulement pratiques, mais rentables. Même si ce n’étaient que de petits travaux. C’est fou combien quelques crochets solides dans une entrée font toute la différence !

Que peut-on faire ? 

Lorsque j’ai acheté ma première maison, j’ai aussi compris à quel point connaître le fonctionnement de mon habitation était un atout.De la fondation jusqu’au faîte du toit, de l’enveloppe du bâtiment à la ventilation en passant par les portes et les fenêtres : si l’on veut entretenir et protéger notre investissement, on devrait tous mieux connaître les secrets de notre maison. Et ce, même si vous n’avez pas envie de refaire le sous-sol de A à Z.

Vous êtes nerveux à l’idée de percer un trou dans un mur ? Après plusieurs tentatives, les résultats ne sont pas concluants ? Lisez. Lisez sur le sujet dans des livres, des blogues, des publications spécialisées et les ouvrages en tout genre. Échangez avec vos proches qui s’y connaissent. Tout cela afin de mieux comprendre. Bien informés, on devient plus confiants. Et cette confiance peut aussi jeter les bases d’une bonne relation avec un entrepreneur qualifié. Car oui, il y en a.

Et qui sait ? Vos connaissances vous pousseront peut-être à faire vos travaux vous-mêmes… tout en sachant ce que vous faites, car vous connaîtrez la base. Après, tout repose sur la pratique. Et sur le temps nécessaire pour apprivoiser les outils.

Reconnaître ses limites

À l’inverse de nous rendre fiers, rater un projet n’apporte aucune satisfaction. Pire, ça décourage. J’ai trop souvent vu des gens pris au dépourvu face à un projet qu’ils avaient mal évalué. Ils ont vu trop gros, trop grand pour ce qu’ils pouvaient faire.

L’important est de respecter l’intégrité du bâtiment. On ne perce pas le revêtement extérieur si on ne sait pas comment bien calfeutrer ensuite. Comme on ne coule pas ses escaliers en béton ou on ne pose pas une fenêtre si nos connaissances s’arrêtent à quelques capsules vues sur le web.

Il est par contre tout à fait possible de poser une série de moulures décoratives dans un corridor. Eh oui, il est même possible de refaire sa cuisine si on se sent prêt. Par contre, vient un moment où on a besoin d’experts. Un électricien, un plombier. Car non, on ne peut pas être spécialiste dans tout. Rappelez-vous qu’une maison en santé offre un environnement sain pour les occupants.

Se faire plaisir

Dans une maison, la « réno-déco » fait toute la différence. Avec quelques matériaux, les bons outils et de bonnes idées, on personnalise son intérieur, on améliore sa qualité de vie et on se sent bien chez soi. Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre. On est riches quand on a des connaissances et des habiletés manuelles.