Les coûts de construction d'un projet sur mesure peuvent sembler inaccessibles. Afin d'y voir plus clair, nous avons demandé à plusieurs architectes d'évaluer le prix d'une transformation en milieu urbain et d'une construction neuve. Dans la foulée, ils nous donnent un aperçu de leurs honoraires et, surtout, ils nous refilent plusieurs trucs afin d'obtenir une habitation aux espaces de qualité sans se ruiner.

Lucie Lavigne
Lucie Lavigne LA PRESSE

Voilà la brochette de coûts de construction - avec ou sans entrepreneur général - sur laquelle la plupart des architectes interviewés s'entendent. Mais cette évaluation, insistent-ils, dépend d'une multitude de facteurs, comme les conditions du site et de la construction: doit-on dynamiter avant de commencer ou investir pour accéder au chantier? Sans compter les imprévus. Cette estimation comprend les appareils sanitaires, mais exclut les taxes, les honoraires de l'architecte et de l'ingénieur en structure. Toutefois, un propriétaire qui décide d'opter pour des matériaux et des équipements haut de gamme pourra facilement faire gonfler la facture. 

«On ne peut pas reproduire une résidence semblable à celles que l'on voit dans les magazines de type Architectural Digest à un tarif de 125$ le pied carré, c'est complètement irréaliste», rappelle l'architecte Paul Bernier.

 

«Il n'y a rien de standardisé dans la construction d'une maison sur mesure, enchaîne l'architecte Loukas Yiacouvakis, de l'atelier YH2. Un promoteur qui bâtit 100 maisons semblables sur un site peut concevoir un système de construction quasi industriel et, surtout, réaliser des économies d'échelle, alors que nos maisons relèvent davantage de la création», nuance-t-il.

Réjean Désilets est un entrepreneur général qui construit à la fois des maisons conventionnelles et des propriétés dessinées par un architecte (Pierre Thibault).

«J'ai construit dernièrement une petite maison modeste pour 115$ le pied carré, calcule-t-il. Mais lorsque je réalise une habitation conçue par un architecte, je préfère être rémunéré à un taux horaire et non à un prix forfaitaire, car il y a trop d'éléments hors de l'ordinaire», fait-il remarquer.

Tenante de la rénovation en milieu urbain, l'architecte Patricia Sarrazin-Sullivan estime qu'il est possible de réaliser une transformation complète (d'un duplex en cottage, par exemple) pour environ 150$ le pied carré, avec l'aide d'un entrepreneur général. «La banlieue n'est plus une option, car elle coûte collectivement trop cher en infrastructures et en entretien des réseaux, souligne-t-elle. La remise en état du parc immobilier urbain est une occasion de ramener la population à proximité des services essentiels et, surtout, de favoriser l'essor d'une métropole saine.»

L'architecte Stéphane Rasselet augmente légèrement le tarif lors d'une transformation dans un bâtiment existant en raison des «surprises» pouvant survenir sur ce type de chantier. Il faut ainsi solidifier parfois la structure. «Nous avisons toujours le client qu'une estimation de coûts pour une rénovation demeure une projection. Il peut survenir des difficultés qui augmentent la facture», tient-il à préciser.

Donald Potvin, de l'agence Bosses design, rappelle qu'une habitation dessinée par un architecte et comportant des espaces bien pensés n'est pas forcément plus onéreuse qu'un néomanoir, le genre qui peuple la banlieue.

>>>Consultez des exemples d'estimations des coûts pour différentes maisons

RÉPERTOIRE DES ARCHITECTES INTERVIEWÉS

Paul Bernier www.paulbernier.com

André Bourassa www.bm-architectes.com

Henri Cleinge www.cleinge.com

Natalie Dionne www.ndarchitecture.com

Charles Louis Laperrière www.ubiqinc.qc.ca

Laurent McComber www.ateliersmc.ca

Sevag Pogharian www.spd.ca

Donald Potvin www.bossesdesign.com www.domainedupossible.com

Stéphane Rasselet www.naturehumaine.com

Patricia Sarrazin-Sullivan www.boxarchitectures.com www.domainedupossible.com

Pierre Thibault www.pthibault.com

Loukas Yiacouvakis et Marie-Claude Hamelin www.yh2architecture.com