La scène gastronomique montréalaise se réinvente sans cesse. Ouverture de restaurants, nouveaux menus, évènements… Nous vous présentons chaque semaine ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

En vedette

Les gentils de Charlevoix

Après avoir établi leur marque au restaurant Faux Bergers, à la ferme de la Famille Migneron, avec leur cuisine inspirée et d’instinct mettant à l’honneur le meilleur de la région et de la province, voilà que le trio derrière l’établissement – soit les chefs Émile Tremblay et Sylvain Dervieux, ainsi que la sommelière Andréanne Guay – a lancé au cœur de l’été La Louve, une buvette « gentille » située au centre-ville de Baie-Saint-Paul. Pourquoi gentille ? « Le mot “gentil” revient souvent dans notre quotidien, nos créations. On dit : “Ah, servir tel vin avec tel plat, ce serait gentil !” C’est notre synonyme pour bon et heureux ! », lance Émile Tremblay. « C’est aussi un rappel de l’esprit d’accueil qu’on veut à la buvette. Un restaurant, c’est rushant et on travaille fort, mais on ne veut pas s’embêter, on veut que ce soit tranquille, plaisant, que les gens soient heureux de vivre », ajoute Andréanne Guay.

D’ailleurs, tous les clients sont accueillis avec un verre de bulles, une façon de signifier qu’à La Louve, même si l’endroit est couru et qu’on peut avoir de la difficulté à y entrer, on ne vous poussera jamais dans le dos pour terminer votre repas afin de faire rouler les tables. Tout au contraire !

Et c’est vrai qu’ils sont bien gentils – et surtout délicieux –, les petits plats mitonnés dans ce mini-local qui abritait anciennement le restaurant Ah la Vache ! Lors de notre passage, au début d’août, il y avait un assemblage très réussi de minces lamelles d’oignons frites accompagnées de miel et de lentilles, un aligot de pommes de terre avec merguez, herbes et fleurs fraîches, plat à la fois réconfortant et estival, puis des pâtes fraîches aux chanterelles récoltées par les chefs eux-mêmes quelques jours plus tôt. Fidèles à leurs habitudes, les propriétaires, de réels passionnés de notre terroir, favorisent les producteurs de la région et les circuits d’approvisionnement courts, le tout dans une ambiance informelle décontractée où toute la place est laissée au plaisir de la table et de la fête. On aime, par exemple, que la carte des vins, très belle et inspirante, parsemée de jolies découvertes et de petites cuvées souvent nature ou en biodynamie, soit presque entièrement offerte au verre, et sans chichis. Pour connaître le prix d’un verre, on divise le prix de la bouteille par six et voilà ! Ici, le plaisir de la découverte surpasse celui du profit à tout prix. « On veut que les gens puissent vivre une expérience sans se vider les poches, on trouve ça plus… gentil ! », lance la sommelière en riant.

COVID-19 oblige, la buvette ne peut accueillir (à l’intérieur et sur la terrasse, qui sera chauffée lorsque le temps plus frais s’amènera) qu’au maximum une vingtaine de convives à la fois. Bonne nouvelle, dans un souci de démocratisation de son offre, l’endroit ne prend pas de réservations, offrant à tout un chacun la chance de pouvoir en faire l’expérience. Notre conseil : comme la buvette est très populaire, arrivez tôt, avant l’ouverture, à 18 h, pour vous installer dans la file qui se forme invariablement devant l’établissement, afin de pouvoir profiter du premier service ou, du moins, laisser vos coordonnées pour que l’on vous contacte lorsqu’une place sera libre.

Parlant de popularité, celle des Faux Bergers a explosé cet été, avec la capacité réduite de la salle et l’achalandage touristique en hausse dans Charlevoix. Comme tous les soirs affichent complets, le trio a décidé d’ouvrir les midis, du jeudi au samedi, et y propose l’expérience dégustation, comme en soirée. Les places sont limitées, mais vous aurez peut-être de la chance si vous communiquez avec l’établissement par courriel, à info@fauxbergers.com.

73, rue Saint-Jean-Baptiste, Baie-Saint-Paul

https://www.facebook.com/Lalouve. buvette

Évènement

Une version hybride de Yatai MTL pour sa troisième édition

PHOTO FOURNIE PAR YATAI MTL

Présent au festival l’an dernier, Nakamichi participe à nouveau à cette édition hybride de Yatai MTL.

Lentement, mais sûrement, la vie reprend, autant qu’elle le peut, son cours. Vous vous êtes ennuyés des festivals gourmands qui ponctuent normalement l’été montréalais ? Voici l’occasion de vous reprendre ce week-end avec la troisième édition de Yatai MTL, festival consacré à la bouffe de rue et la culture japonaises, qui s’amène en version hybride. On oublie pour cette année les kiosques de cuisine nippone habituellement dispersés dans l’espace du Marché des possibles, dans le Mile End, le festival misant plutôt sur une carte de tournée de restaurants japonais de la métropole pour casser la croûte, à parcourir à sa guise. Les établissements participants comme Otto Yakitori, Marusan, Tsukuyomi, Nakamichi ou Ryu offriront chacun un menu unique pour l’occasion, à déguster avec les doigts. La programmation, elle, migrera sur les plateformes que sont Facebook Live ou Zoom, avec plusieurs activités et conférences virtuelles.

https://www.yataimtl.com/

Actualités

Party de lasagne

PHOTO FOURNIE PAR NORA GRAY

Le restaurant Nora Gray propose un évènement en collaboration avec Menu Extra, dimanche.

Le restaurant Nora Gray s’est transformé en Cantina cet été, avec une jolie terrasse décontractée, ainsi que des plats alléchants et des vins naturels à emporter. La salle à manger reste fermée pour l’instant. Dimanche, à compter de 15 h, l’équipe de Menu Extra servira un menu de lasagnes blanche et rouge, de pain à l’ail, de salade du chef et de pêches grillées. De surcroît, les vignerons de Lieux communs seront sur place pour faire goûter à leurs cuvées déjà en rupture de stock. Menu Extra, qui se promène de resto en resto pour créer des happenings festifs, remettra les profits de cet évènement à l’organisme Foyer du monde, maison d’accueil et d’aide à l’intégration pour immigrants et réfugiés à Montréal.

1391, rue Saint-Jacques

> (Re)lisez notre article sur Lieux communs : https://www.lapresse.ca/gourmand/alcools/2020-07-21/vins-quebecois-cinq-tetes-valent-mieux-qu-une.php

https://www.instagram.com/noragrayresto/

https://www.instagram.com/menu_extra/

Ouverture

À la fine pointe

  • Pizza Toni, le nouveau projet de l’équipe qui nous a donné le populaire Falafel Yoni, propose des pizzas à la pointe de style new-yorkais.

    PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM @THEPIZZATONI

    Pizza Toni, le nouveau projet de l’équipe qui nous a donné le populaire Falafel Yoni, propose des pizzas à la pointe de style new-yorkais.

  • La formule du Pizza Toni est simple, avec quatre choix de pizza, à la pointe ou entière, et une carré, façon romaine.

    PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM @THEPIZZATONI

    La formule du Pizza Toni est simple, avec quatre choix de pizza, à la pointe ou entière, et une carré, façon romaine.

1/2
  •  
  •  

La formule ne pourrait être plus simple : cinq pizzas et des boissons (non alcoolisées). Il suffit de choisir entre la fromage, la marinara, la margherita et la pepperoni, à la pointe ou entière. S’ajoute une carrée, façon romaine. Pizza Toni est le deuxième comptoir de l’équipe qui a mis au monde le populaire Falafel Yoni, soit Yoni Amir et Daniel Maislan. Le tandem a opté pour le style new-yorkais, avec sa croûte plutôt mince et sa généreuse circonférence. On mange sa pointe en plein trottoir, comme il se doit, ou on apporte sa boîte de carton à la maison ou au parc. La livraison ne saurait tarder. Elle est prévue pour le mois de septembre.

104, rue Saint-Viateur Ouest

https://www.thepizzatoni.com/