Incontournable dans le paysage gourmand de la région de Québec, Allison Van Rassel fait partager ses découvertes depuis plus de 20 ans, que ce soit dans ses chroniques à la radio, à la télé ou dans la presse écrite. Parallèlement, elle a toutefois longtemps caressé le rêve d’avoir sa propre entreprise de torréfaction de café. Voilà qui est chose faite avec le lancement de deTerroir Café, fruit de son association avec le maître torréfacteur Pier-Paul Fortin.

Publié le 17 janvier
Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

« Le café a toujours été une passion pour moi, et je me suis toujours dit que si ma carrière ne fonctionnait pas, j’allais m’ouvrir un café, ç’a toujours été mon plan B », nous avoue Allison Van Rassel, qui n’a donc pas attendu de mettre sa carrière de communicatrice de côté avant de lancer celle d’entrepreneure. « Voilà un peu plus d’un an, Pier-Paul m’a dit qu’il voulait lancer sa propre entreprise, nous explique-t-elle. J’ai goûté son café et j’ai vraiment eu un coup de cœur. »

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Pier-Paul Fortin et Allison Van Rassel, cofondateurs de deTerroir Café

Le contact entre les deux associés s’était fait quelques années auparavant, au hasard d’une rencontre à l’occasion d’un voyage dans des fermes de café au Costa Rica. « Pier-Paul torréfiait à l’époque pour la brûlerie Rousseau, je l’ai trouvé fascinant parce qu’il ne regardait pas le café comme les autres », soutient la chroniqueuse.

Les geeks du café vont beaucoup intellectualiser la patente, à tel point que ça devient un peu épeurant pour le commun des mortels. Pier-Paul fait autant de recherches et il s’y connaît à fond, mais pour lui, c’est le goût qui parle avant tout.

Allison Van Rassel

Le café deTerroir se décline ainsi en deux offres distinctes : la gamme Éveil étant destinée à une clientèle pour qui le café de spécialité n’est pas familier, alors que les cafés de la série Rituel se veulent de véritables grands crus. « On travaille nos grains un kilo à la fois, ce qui nous permet de sublimer les nuances et les subtilités du terroir, explique la passionnée de café. Pier-Paul a 15 ans d’expérience, c’est possible pour lui de se démarquer par le goût. »

Évidemment, une importance capitale est accordée à la provenance des grains, si bien qu’ils sont achetés par l’entremise de gens qui ont des contrats avec des fermiers locaux. « Mais on connaît aussi quelqu’un de Québec qui travaille auprès de producteurs dans plusieurs régions du monde, et mon désir est de travailler avec cette personne-là, nous apprend Mme Van Rassen. Je veux établir une relation avec quelqu’un de confiance qui est physiquement sur place. »

Œuvres d’art

Pour Allison Van Rassel, le café, « c’est de l’art, il y a un savoir-faire derrière le travail des torréfacteurs ». C’est avec cette idée en tête qu’elle a choisi de faire le parallèle entre ce génie gourmand et d’autres manifestations artistiques qu’elle aime et veut faire partager. « On s’est associés à des artistes visuels pour que le consommateur puisse comprendre que ce que l’on fait, c’est de l’art comestible, un bien de consommation associé aux subtilités du terroir », explique-t-elle.

  • Illustration de Maude Gervais/Les barbos

    IMAGE FOURNIE PAR DETERROIR CAFÉ

    Illustration de Maude Gervais/Les barbos

  • Illustration de Cécile Gariépy

    IMAGE FOURNIE PAR DETERROIR CAFÉ

    Illustration de Cécile Gariépy

  • Illustration de Philippe Girard

    IMAGE FOURNIE PAR DETERROIR CAFÉ

    Illustration de Philippe Girard

1/3
  •  
  •  
  •  

Les sachets de la gamme Rituel de deTerroir Café sont ainsi ornés d’œuvres originales de peintres de la ville de Québec comme Paule Thibault, Philippe Girard, Maude Gervais alias Les Barbos, mais aussi de la Montréalaise Cécile Gariépy.

« Les étiquettes seront aussi imprimées en format affiche, mais jamais plus qu’en 20 exemplaires, précise Mme Van Rassen. Chacune vient avec un certificat d’authenticité, ça devient donc une œuvre d’art qui se trouve à être associée à un café, à un producteur, à une expérience. Il y a vraiment quelque chose d’unique dans toute la démarche. » De plus, les fonds recueillis avec la vente des affiches sont remis à Centraide, à la suggestion de la peintre Paule Thibaut, dont la sœur a récemment succombé à un cancer.

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Allison Van Rassel présente des listes d’écoute faites sur mesure pour la dégustation des cafés deTerroir.

Enfin, pour pousser l’expérience encore un peu plus loin, Allison Van Rassel présente aussi des listes d’écoute faites sur mesure pour ajouter l’ouïe aux sens stimulés lors de la dégustation des cafés deTerroir.

J’ai été animatrice à CHOM-FM et membre du jury des prix Polaris ; le plaisir de la musique est donc pour moi aussi grand que celui du café. Ça me permet de m’évader, de me transposer dans des émotions semblables. On offre donc aux gens de découvrir autre chose par le confort du café.

Allison Van Rassel

Pour ses choix musicaux, l’instinct prévaut. « J’essaie d’offrir ce que j’aimerais avoir moi-même. Je vais aussi saupoudrer quelques plaisirs coupables des années 1980 et 1990, ce qui apporte quelque chose de familier qui permet de s’ouvrir à la nouveauté. »

Si les codes QR imprimés sur les sachets resteront les mêmes, le contenu des listes d’écoute changera au gré des humeurs d’Allison Van Rassel. « Les gens vont toujours découvrir quelque chose de nouveau », assure-t-elle, précisant que ce sera aussi le cas pour la gamme de cafés Rituel, qui évoluera constamment.

Les cafés deTerroir sont offerts à Québec à la Société des Cafés de même qu’à la boutique Les Macarons de Sophie. Ils sont aussi offerts en ligne.

Consultez le site de deTerroir Café