Une centaine de personnes manifestaient devant les studios du réseau TVA jeudi soir, au centre-ville de Montréal, peu avant le premier débat de la campagne électorale opposant les quatre chefs des principaux partis fédéraux. Les manifestants interpellaient les politiciens à en faire plus dans la lutte contre les changements climatiques, au milieu des sympathisants des différents partis.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Aux côtés de plusieurs partisans du Bloc québécois, des membres de Greenpeace brandissaient des pancartes où l’on pouvait lire « bla, bla, bla, agissez ». Une banderole illustrant une forêt en fumée indiquait plutôt « fermons l’industrie fossile ».

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Une forte présence policière se faisait sentir sur la rue Sainte-Catherine, particulièrement autour des studios de TVA, où un périmètre de sécurité était érigé.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Un peu plus loin, des membres des syndicats Unifor et du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) plaidaient pour une « réglementation pour interdire la délocalisation des emplois en outre-mer dans le secteur des communications », et pour implanter « des lois anti briseurs de grève dans le secteur fédéral ».

Les autobus des différents partis circulaient devant la foule de manifestants, qui scandaient « fermons l’industrie fossile ». Plusieurs personnes arboraient des macarons en forme de cœur vert. Des partisans épars du Parti vert, du Parti conservateur et du Nouveau Parti démocratique (NPD) applaudissaient plutôt à l’arrivée de leur candidat favori.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le chef libéral Justin Trudeau à son arrivée aux studios de TVA pour le débat des chefs, jeudi soir.

L’évènement organisé par Greenpeace Québec, La Planète s’invite au Parlement, et Extinction Rébellion Québec souhaite « rappeler l’urgence climatique ».

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le chef du Parti conservateur Erin O’Toole accompagné de sa femme Rebecca.

« Dans cette campagne électorale, on entend beaucoup le Parti libéral [et] les néo-démocrates dire qu’ils sont du côté du climat et du côté de l’industrie en même temps, développement de pipeline et action climatique. On veut vraiment [demander] : de quel côté êtes-vous ? », explique le responsable des communications du rassemblement, Louis Ramirez.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, avec son épouse Nancy Déziel.

Les chefs des partis fédéraux sont « complètement déconnectés de l’urgence de la crise climatique », estime le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin. « Tout ce qu’on a de la part des quatre partis ici présents ce sont des cibles insuffisamment ambitieuses », poursuit-il.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, accompagné de son épouse Gurkiran Kaur Sidhu.

Un peu plus loin, un groupe de personnes manifestaient afin d’attirer l’attention des partis sur l’enjeu de la Kabylie, une région de l’Algérie aux prises avec des incendies meurtriers cet été.

« C’est clair qu’on en est rendu à un point où il faut fermer l’industrie fossile et il faut annoncer cette fermeture-là », lance le porte-parole de La Planète s’invite au Parlement, François Geoffroy, en désignant les incendies de forêt ayant ravagé l’Ouest canadien cet été. « Ça nous prend un plan clair pour y arriver dans les délais les plus brefs », plaide M. Geoffroy.

Plus tard en soirée, les manifestants ont procédé à un « lie in ». Ils se sont couchés sur le sol en silence, en propageant de la fumée artificielle, en hommage aux personnes décédées dans les incendies de forêt.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Le Face-à-Face sera diffusé sur les ondes de TVA à partir de 20 h jeudi soir. Il opposera le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, le chef du Parti conservateur, Erin O’Toole, et le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.