(Regina) Les premiers résultats des bureaux de scrutin démontrent que les conservateurs ont fait des gains en Atlantique, mais ont quelques difficultés au Québec. Seule consolation : Maxime Bernier a été battu en Beauce.

Catherine Lévesque La Presse canadienne

La montée du Bloc québécois donne des sueurs froides aux conservateurs, qui voient leurs espoirs s’étioler dans plusieurs régions du Québec, dont le Saguenay–Lac-Saint-Jean et les banlieues de Montréal.

Les têtes d’affiche du Parti conservateur du Canada (PCC) au Québec, comme Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent) ou Alain Rayes (Richmond-Arthabaska), ont de confortables avances et devraient être réélus dans leurs circonscriptions respectives.

Ils espéraient également faire des gains dans la région de Québec, mais les libéraux Joël Lightbound (Louis-Hébert) et Jean-Yves Duclos (Québec) semblent en voie d’être réélus.

PHOTO JEFF MCINTOSH, LA PRESSE CANADIENNE

Des partisans conservateurs, à Regina

Les résultats préliminaires montrent qu’en Beauce, le candidat conservateur Richard Lehoux a une légère avance sur M. Bernier, qui a fondé son propre parti après avoir claqué la porte du Parti conservateur du Canada.

À Trois-Rivières, où les conservateurs ont fondé beaucoup d’espoir, une course à trois enlevante s’annonce entre l’ancien maire Yves Lévesque et ses rivales libérale et bloquiste.

Au rassemblement électoral des conservateurs à Regina, en Saskatchewan, les partisans avaient la mine basse devant la perspective d’un gouvernement libéral minoritaire. Quelques cris ont fusé lorsque l’un des leurs a été réélu en Ontario ou dans les Prairies.

Les conservateurs ont fait des gains au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

PHOTO CARLOS OSORIO, REUTERS

Le chef conservateur Andrew Scheer a fait campagne chez lui à Regina, en Saskatchewan, lundi matin, mais pas dans sa circonscription : il a utilisé les dernières heures de ce marathon pour tenter de « faire sortir le vote » dans son comté voisin, représenté par Ralph Goodale.