« Le Bloc québécois n’a pas le monopole sur la fierté québécoise », a lancé Justin Trudeau sous les cris enthousiastes de centaines de partisans.

Janie Gosselin
Janie Gosselin La Presse

Le chef libéral s’est adressé à la foule lors d’un rassemblement, jeudi soir, dans le quartier Rosemont, à Montréal.

Il a affirmé sa fierté d’être Québécois et l’importance d’avoir « des Québécois sur la glace et non sur le banc », en référence au rôle d’opposition auquel est confiné le Bloc à Ottawa.

Plus tôt dans la journée, un sondage de la firme Léger réalisé pour le réseau TVA montrait les libéraux et les bloquistes au coude à coude pour les intentions de vote dans la province.

« Les valeurs québécoises, c’est pas juste des choses qu’on se garde pour nous, qu’on regarde dans notre petit coin et on dit : oui, on est des fiers Québécois et on va rester chez nous, a-t-il ajouté. Non. Les valeurs québécoises, ça se projette, ça se partage, ça s’impose à travers le monde. »

Justin Trudeau était accompagné de plusieurs candidats de son équipe, dont celle qui espère ravir le siège dans la circonscription Rosemont—La Petite-Patrie, Geneviève Hinse. Le candidat Pablo Rodriguez a aussi pris la parole pour dénoncer le cadre financier conservateur et Steven Guilbeault s’est adressé à la foule au sujet de la vision libérale sur l’environnement.

La femme de M. Trudeau, Sophie Grégoire, a de son côté pris le micro pour parler des droits des femmes, « qui ne doivent jamais être pris pour acquis », a-t-elle dit.

Justin Trudeau a insisté plusieurs fois sur le « progressisme » de sa formation politique, mis en opposition avec les valeurs du Parti conservateur.

« Il y a un seul parti qui est capable de livrer un gouvernement progressif, et c’est le Parti libéral », a tonné M. Trudeau.