(Québec) Le groupe de pression Québec Fier est visé par une plainte électorale. Selon l’organisme Democracy Watch, le groupe très actif sur les réseaux sociaux reçoit de l’argent d’un think tank albertain en contravention avec la loi.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

La plainte a été envoyée jeudi à Yves Côté, Commissaire aux élections fédérales. Son bureau a confirmé avoir reçu la plainte, sans préciser si elle allait mener à une enquête.

La Presse indiquait il y a dix jours que Québec Fier avait reçu, 12 jours après le déclenchement de la campagne fédérale, un chèque de 45 000 $ du Manning Centre, un think tank de droite proche des compagnies pétrolières.

Avec cet argent venu de l’ouest, Québec Fier se paie des publicités sur Facebook et des appels robotisés afin de nuire aux libéraux et au Bloc québécois. Québec Fier invite plutôt les Québécois à voter pour les conservateurs d’Andrew Scheer.

Le Manning Centre a donné plus de 300 000 $ à des groupes tiers comme Québec Fier : Canada Strong and Proud, NL Strong, NS Proud et Proudly New Brunswick.

La Loi électorale canadienne oblige les tiers – ces groupes qui ne sont pas des partis politiques, mais qui tentent d’influencer la campagne – à divulguer leurs sources de revenus et leurs dépenses.

Or, le Manning Centre ne s’est pas inscrit comme tiers et refuse de dévoiler d’où provient son argent. Le groupe fondé par l’ancien chef du Reform Party Preston Manning a décliné une demande d’entrevue de La Presse.

L’esprit de la loi bafoué ?

Si les électeurs ne peuvent savoir exactement qui donne de l’argent à Québec Fier, alors l’esprit de la loi est bafoué, assure l’auteur de la plainte, Duff Conacher, professeur de droit à l’Université d’Ottawa et administrateur de Democracy Watch.

« Le Manning Centre ne s’est pas inscrit comme un tiers et n’est en vérité qu’une coquille pour d’autres donateurs », accuse-t-il en entrevue.

« Je pense que c’est illégal », dit-il. « Soit le Manning Centre doit s’enregistrer comme tiers, soit les tiers qui reçoivent son argent doivent divulguer l’identité des donateurs. »

M. Conacher estime par exemple important de savoir si l’argent que distribue le Manning Centre provient de l’étranger, ce qui pourrait contrevenir à la loi électorale.

L’expert estime que la situation du Manning Centre est différente de celle d’un syndicat ou d’une entreprise. « On sait que l’argent d’un syndicat vient de ses membres. Si une entreprise donne de l’argent, on sait clairement que l’argent vient de ses revenus. Mais on ne sait pas d’où vient l’argent du Manning Centre. »

Québec Fier a besoin d’argent notamment pour payer les sous-traitants chargés des appels automatisés. Pour cette élection-ci, le groupe a engagé Responsive Marketing Group, une firme de « marketing politique » qui a souvent travaillé pour le Parti conservateur.

Un message texte en provenance de « Nick de Québec Fier » a aussi été envoyé au Québec.

Le seul dirigeant connu de Québec Fier s’appelle Nicolas Gagnon. Il n’a pas rappelé La Presse malgré plusieurs demandes d’entrevue.

L’argent récolté par Québec Fier lui sert aussi à acheter de la publicité sur Facebook. Selon les données de la multinationale, Québec Fier a dépensé 8308 $ depuis juin dernier pour donner de la visibilité à ses propres publications qui critiquent Justin Trudeau, mais aussi le Bloc québécois d’Yves-François Blanchet ou encore Greta Thunberg.