Les ennuis du Parti vert avec ses candidats se poursuivent.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Michael Kalmanovich, qui briguait les suffrages dans Edmonton – Strathcona, a annoncé ce mercredi qu’il se retirait de la course afin d’encourager les électeurs à voter « stratégiquement » pour son adversaire du NPD.

Un peu plus tôt, les verts avaient annoncé avoir coupé les ponts avec Kalmanovich, mais n’ont fourni aucun détail ni commentaire additionnel. Son profil a déjà été effacé du site web du Parti vert. Son nom figurera toutefois sur les bulletins dans sa circonscription le jour du scrutin, lundi prochain, car la date limite pour l’en retirer est passée. Les votes déposés par anticipation demeureront également valides.

« La crise climatique est trop importante pour que les gens et les partis fassent de la politique comme à l’habitude », a fait savoir Kalmanovich dans un communiqué cité par l’Edmonton Journal.

« Je n’ai jamais visé le pouvoir politique. Mon but a toujours été de changer les choses. C’est pourquoi je mets fin à ma campagne et invite mes supporters à voter pour le parti qui offre le deuxième meilleur plan pour le climat », a-t-il encore écrit. Une lutte serrée se dessine entre le NPD et le Parti conservateur dans Edmonton – Strathcona.

Les verts perdent ainsi un deuxième candidat en un peu plus d’une semaine. Le 7 octobre, Marthe Lépine, qui se présentait dans Glengarry-Prescott-Russell, en Ontario, s’est fait montrer la porte après avoir publié sur les réseaux sociaux des opinions anti-avortement « qui n’allaient pas dans le sens de la politique du parti ».

Par ailleurs, mardi, le parti s’est retrouvé dans l’embarras après que quatre de ses candidats québécois eurent publié des propos islamophobes sur les réseaux sociaux. C’est la direction du parti qui a elle-même dénoncé Greg De Luca, Katherine Turgeon, Jocelyn Rioux et Aline Bégin, qui ont présenté leurs excuses.